Recherche

Accueil > Aix Marseille > Société > Covid-19. Lueur d’espoir dans les hôpitaux de la région après une phase (...)

< >

Covid-19. Lueur d’espoir dans les hôpitaux de la région après une phase aigüe

lundi 17 janvier 2022

Pour la première fois depuis des mois, les équipes de l’AP-HM à Marseille sont optimistes. Pour cette 5e vague, le pic du nombre de patients hospitalisés pour Covid semble avoir été atteint.

JPEG - 111.9 ko
© Destimed

Une nette amélioration

A l’AP-HM, ce lundi 17 janvier, on note une chute réelle en réanimation. 62 patients sont hospitalisés dans ce secteur. Ils étaient 77 le 10 janvier. 174 malades sont hospitalisés pour COVID. Ils étaient 184 le 12 janvier. Enfin le nombre de cas positifs est de 413 contre 503 le 3 janvier.

Réouverture des blocs opératoires

L’amélioration de la situation épidémique permet de rouvrir des blocs opératoires et de « reprendre une activité chirurgicale proche de 85% au cours de cette semaine » selon l’AP-HM. 

Depuis le 7 décembre, date du déclenchement du niveau 2 du plan blanc par l’ARS Paca, l’AP-HM avait suspendu et reporté toute activité chirurgicale non urgente afin de mobiliser les professionnels des blocs opératoires auprès des patients en réanimation.

Une nette amélioration

Elle est liée au remplacement progressif du variant DELTA par le variant OMICRON, nettement plus contagieux mais à l’origine de moins de cas sévères. Aux gestes barrières respectés par le plus grand nombre qui contribuent à ralentir l’épidémie. Enfin à l’efficacité de la vaccination.

Une attention particulière sur la pédiatrie

Les équipes de l’AP-HM restent très attentives à la situation pédiatrique. La circulation intense du virus parmi les enfants a deux conséquences : la première est le nombre d’enfants atteints de maladie chronique qui ont en plus un COVID, la seconde est, parmi le très grand nombre d’enfants contaminés, ceux qui font une forme sévère, parfois grave de la COVID.

La vigilance reste donc de mise de mise. Cette cinquième vague n’est pas terminée. Si le pic est probablement atteint, la décroissance sera lente surtout en réanimation où les durées de séjour sont longues.
Joël BARCY

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.