Recherche

Accueil > Ailleurs > Politique > Covid-19 : couvre-feu généralisé, vaccins, écoles, fonds de solidarité, (...)

< >

Covid-19 : couvre-feu généralisé, vaccins, écoles, fonds de solidarité, les mesures annoncées par Jean Castex

jeudi 14 janvier 2021

Face à un nombre toujours élevé de personnes contaminées et l’inquiétude suscitée par les variants britannique et sud-africain du virus, l’exécutif envisage des mesures supplémentaires pour tenter d’enrayer un éventuel rebond épidémique et un troisième confinement. Jean Castex -entouré de six ministres : Olivier Véran (Santé), Jean-Michel Blanquer (Éducation nationale), Bruno Le Maire (Économie et Finances), Élisabeth Borne (Travail), Roselyne Bachelot (Culture) et Frédérique Vidal (Enseignement supérieur)- a annoncé une série de mesures, dont la généralisation du couvre-feu à 18 heures...

PNG - 322.7 ko
Face à la propagation du virus Jean Castex a notamment annoncé la généralisation du couvre-feu à 18 heures à partir de ce samedi (Photo capture d’écran)

Nous avons pu passer les fêtes sans flambée épidémique

Jean Castex a débuté son intervention en rappelant que le virus « continue de circuler activement en Europe ». Indique à nouveau que la France a fait un choix de « confinement adapté » dès la fin octobre qui n’a pas été celui d’autres pays. Un choix efficace, selon lui, comme celui de lever les mesures restrictives de manière très progressive, ce qui permet d’éviter des mesures plus strictes : fermeture des écoles par exemple, comme c’est le cas au Royaume-Uni aujourd’hui. « Nous avons pu passer les fêtes sans flambée épidémique », estime aussi Jean Castex.

Une Situation « maîtrisée » mais « fragile » en France

Décrivant la situation épidémiologique, Jean Castex mentionne un « plateau élevé » de nouvelles contaminations et de personnes hospitalisées -près de 25 000 cette semaine-. « Notre situation est maîtrisée par rapport aux voisins, mais fragile car le virus circule encore activement », commente Jean Castex en mentionnant notamment une vigilance particulière sur la circulation des variants en France. Il passe la parole à Olivier Véran, le ministre de la Santé, sur ce sujet.

Pas de fermeture des écoles mais une « vigilance renforcée »

Le ministre de la Santé confirme que deux variants ont été observés en France : celui, d’abord, responsable d’une flambée épidémique au Royaume-Uni -plus contagieux, notamment chez les enfants, mais pas plus grave cliniquement et sensible au vaccin-. « Nous devons tout faire pour l’empêcher de circuler », insiste-t-il, revenant sur l’étude estimant qu’entre 1 % et 1,5 % des cas détectés sont identifiés comme relevant de ce variant. Aucune fermeture des écoles n’est envisagée, poursuit Olivier Véran en citant la même étude, qui appelle cependant à une « vigilance renforcée ». Un variant sud-africain est également cité en raison de deux cas graves détectés en France. Olivier Véran déclare à ce propos que des mesures sont mises en place pour limiter l’apparition du deuxième variant, dit « variant sud-africain », à Mayotte notamment. Un cas grave de ce variant a été observé en Ile-de-France, un autre à Nantes sur des patients revenus du Mozambique cette semaine.

Tests obligatoires pour tous les voyageurs de pays situés hors de l’Union européenne

Nouvelle intervention de Jean Castex qui déclare :« Nous allons durcir fortement les contrôles aux frontières » et des tests devront être effectués par tous les voyageurs arrivant d’un pays situé hors de l’Union européenne (UE) dès lundi prochain. Pour ce qui est de l’Outre-Mer, des tests seront désormais obligatoires au retour de ces destinations vers l’Hexagone, ce qui n’était pas le cas jusqu’à maintenant, comme au départ de la métropole.

Un couvre-feu généralisé à 18 heures partout en France métropolitaine

Jean Castex annonce un couvre-feu partout en France métropolitaine dès 18 heures, à partir de ce samedi. Il justifie cette décision du fait d’une circulation du virus qui n’est plus restreinte à l’Est de la France, comme fin décembre, mais égale sur tout le territoire, d’où l’utilité d’un élargissement de la mesure. « Tous les lieux recevant du public seront aussi fermés à 18 heures », précise Jean Castex. Il encourage les commerces à étendre leurs heures d’ouverture sur la pause déjeuner et le week-end pour éviter les rassemblements trop importants de personnes dans ces lieux en fin de journée. Le couvre-feu avancé est une « réaction graduée et proportionnée », considère Jean Castex, qui fait mention d’un troisième confinement qui n’est pas, selon lui, encore à l’ordre du jour. Le nombre de nouvelles contaminations est plus faible et « la situation hospitalière était beaucoup plus tendue » au moment de l’annonce du deuxième confinement. Cependant, si la situation se dégrade dans les prochains jours, « toute mesure pourrait être envisagée ».

Renforcement du protocole dans les écoles

Le protocole sanitaire dans les cantines sera renforcé dans les écoles et, les activités physiques et sportives scolaires et périscolaires en intérieur seront interdites. Les capacités de dépistage dans les établissements scolaires seront également augmentées. Trois points que détaillent le ministre de l’Éducation. « Nous sommes fiers d’être l’un des pays qui a ouvert le plus longtemps ses écoles », se félicite Jean-Michel Blanquer qui considère comme « essentiel » d’éviter toute fermeture. Le mode hybride pour les lycées (mélange de cours à distance et de cours sur place) est prolongé au-delà de la date prévue du 20 janvier. Dans certains collèges, acceptés au cas par cas par les rectorats, certains établissements contraints par leur bâtiment par exemple, pourront adopter ce mode hybride. En revanche, ajoute Jean-Michel Blanquer, à la cantine, le brassage doit être limité et le temps de repas allongé. La mise en place de repas à emporter peut aussi ÊTRE décidée au cas par cas dans certains établissements. « Nous sommes conscients que la cantine peut être un point faible de la protection des enfants », indique-t-il.

Reprise « très progressive » à l’université en présentiel

Jean Castex aborde ensuite la question des universités. L’enseignement à distance est « très difficile » pour de nombreux étudiants, et « c’est une source de préoccupation majeure pour le gouvernement ». Il annonce un retour « dès le 25 janvier des élèves de première année par petits groupes » dans les établissements. Il dit recevoir les organisations et les syndicats dès demain et passe la parole à Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur.

Passer d’une majorité de cours à distance à une majorité de cours sur place

Frédérique Vidal reconnaît elle aussi une situation « extrêmement difficile » pour les étudiants et les personnels. Elle admet que les dispositifs mis en place jusqu’à aujourd’hui ne sont « pas suffisants », rappelle l’existence de 20 000 tuteurs, et annonce que le nombre de psychologues sera doublé et de nouveaux agents sociaux seront consacrés à cet accompagnement. « Nous avons pleinement conscience du découragement des étudiants, notamment ceux qui vivent seuls » mais parle d’« une nouvelle étape » qui va être franchie, pour passer d’une majorité de cours à distance à une majorité de cours sur place d’ici à la fin du second semestre. En première année, des enseignements en présentiel seront possibles en demi-groupe à partir de la semaine du 25 janvier.

Une vaccination élargie

La vaccination sera élargie dès lundi aux personnes de tout âge avec une pathologie présentant de très hauts risques de développer des formes graves du Covid-19. Sept cents centres de vaccinations seront également ouverts en France dès le 18 janvier, annonce le Premier ministre. Les vaccins offrent une « vraie perspective de sortie de crise », estime Jean Castex. Cinquante-sept mille personnes ont été vaccinées pour la seule journée de mercredi, explique-t-il, espérant que le nombre de vaccinations sera supérieur à un million à la fin du mois de janvier. Sur l’ouverture de la vaccination à toutes les catégories de la population, qui n’est pas envisagée par le gouvernement, Jean Castex considère que les personnes vulnérables sont les premières concernées. « C’est une question éthique et d’efficacité », déclare-t-il. Olivier Véran estime pour sa part que cet élargissement de la vaccination concerne 800 000 personnes, dont celles, par exemple, qui ont des insuffisances rénales chroniques ou sont traitées pour un cancer, des transplantés d’organes et les personnes trisomiques. Lundi, la vaccination sera aussi ouverte, comme prévu, à toutes les personnes de plus de 75 ans. « Si cela prend du temps, soyez rassurés, vous serez vaccinés », assure Olivier Véran qui précise que les doses pour vacciner 2,5 millions de personnes en France devraient être disponibles d’ici à la fin du mois de février.

« Je m’engage à maintenir les dispositifs de soutien »

Jean Castex poursuit son intervention en abordant le volet des conséquences économiques de la pandémie. « Je m’engage à maintenir les dispositifs de soutien tant que cela sera nécessaire », insiste-t-il en cédant la parole à Bruno Le Maire, Élisabeth Borne et Roselyne Bachelot. « Nous avons une conscience aiguë de la lassitude, de la colère » des professions touchées, assure Bruno Le Maire ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance. S’il concède ne pas pouvoir donner de calendrier de sortie des mesures restrictives, il indique : « Nous pouvons donner de la visibilité » sur les mesures de soutien de l’État. « Le pilier de ce soutien restera le fonds de solidarité ». Un nouveau formulaire pour les aides de décembre sera mis en ligne demain pour un versement dès lundi, signale-t-il. Le produit de la vente à emporter et de la livraison à domicile ne sera pas intégré au calcul du chiffre d’affaires pour postuler au fonds de solidarité à compter de décembre 2020 et pour les mois à venir. Bruno Le Maire annonce également une mesure pour les viticulteurs, touchés par les sanctions américaines au titre du conflit entre Airbus et Boeing. Les vins, les cognacs ont des taxes très importantes à l’exportation. « Les viticulteurs pourront donc bénéficier d’une aide jusqu’à 200 000 euros si leur chiffre d’affaires est touché à plus de 50 % ».

Poursuite des exonérations sociales en janvier

Les banques se sont engagées auprès du ministre à examiner favorablement les moratoires ou reports d’échéance sur des prêts non garantis par l’État. L’exonération de cotisations sociales et l’aide aux paiements, mis en place en décembre, resteront toujours valables en janvier. « Zéro charge sociale pour les entreprises fermées ou lourdement touchées par la crise », avance comme objectif Bruno Le Maire. Ces mesures représentent environ 4 milliards d’euros par mois, estime-t-il. Il veut aussi encourager les Français à consommer des produits provenant du territoire national et à investir en France « les 100 milliards épargnés pendant la crise ». Pour cela, déclare le ministre, « nous n’augmenterons pas les impôts des Français ». La possibilité de contracter des prêts participatifs garantis par l’État sera présentée plus précisément le 28 janvier.

Trois millions de salariés en activité partielle en décembre, contre neuf millions au plus fort du confinement

Élisabeth Borne annonce, comme cela était attendu, que les dispositifs d’activité partielle sont maintenus et prolongés. Pour les entreprises fermées totalement ou partiellement, l’État prend en charge à 100 % ce dispositif. Pour les entreprises les plus protégées, le taux de reste à charge pourrait augmenter par paliers en mars puis en avril.

Maintien de la fermeture des lieux culturels

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot rappelle que « la fermeture des lieux culturels n’est pas propre à la France », sous entendant une mesure qui fait l’objet de constantes critiques. « Le gouvernement n’a pas failli et ne faillira pas sur le front du maintien du soutien aux structures culturelles », affirme-t-elle, avec la poursuite des dispositifs mis en place. Un travail est en cours pour qu’une ouverture partielle des établissements soit possible dès la fin de la « phase aiguë » de la crise. Le mot de la fin reviendra au chef du Gouvernement qui considère : « Une course de fond est engagée et je suis persuadé qu’ensemble nous la gagnerons »
Anna CHAIRMANN

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.