Recherche

Accueil > Ailleurs > Société > Covid-19 : Santé publique France s’interroge sur l’optimisme de Jean (...)

< >

Covid-19 : Santé publique France s’interroge sur l’optimisme de Jean Castex

lundi 26 avril 2021

Dimanche, Jean Castex semblait sûr de son fait quand il a annoncé que les variants dits brésilien et sud-Africain de la Covid-19 avaient tendance à régresser sur le territoire français. Pour Santé publique France, cette affirmation est loin d’être avérée, notamment en Ile-de-France. Mais quid des autres régions...

PNG - 212.6 ko
Allocution de Jean Castex en date du 22 avril (Photo capture d’écran)

« Les variants sont très peu nombreux et ont tendance à régresser », indiquait le Premier ministre lors de son déplacement à Roissy dans le cadre de la vérification de l’application du protocole d’isolement en vigueur pour les personnes arrivant du Brésil, de l’Inde ou encore d’Afrique du Sud.

Un optimisme absolument pas partagé par Santé publique France

Le chef du gouvernement serait selon un constat de Santé publique France allé un peu vite en besogne en parlant de régression. L’organisme explique avoir constaté sur le terrain, principalement autour de Paris, des souches qui explosent. Quelques heures après cette affirmation ministérielle, Rémi Salomon, président de la commission médicale d’établissement de l’AP-HP, a souhaité alerter l’opinion sur une inquiétante évolution de l’épidémie notamment concernant les variants brésiliens (P1) et sud-Africains. Pour imager son propos, il s’est appuyé sur des courbes où l’on peut observer une nette accélération des cas.

Une accélération plus qu’une stagnation

Dans ce schéma, la ligne bleue représente les deux souches qui regroupent 4,7% des contaminations au 21 avril en France. Comparativement, une semaine plus tôt, cette donnée tournait autour de 4%. Pour la seconde, elle symbolise les variants dits brésilien et sud-Africain, en Ile-de-France. Cette fois, l’accélération est nettement plus marquée en passant de 4,5% à 8,5% en deux semaines ! Une nouvelle enquête datée de ce lundi 26 avril confirme cette tendance, plus seulement en région parisienne, mais bel et bien sur l’ensemble du territoire hexagonal. En ce qui concerne l’ensemble du territoire aucun schéma n’a été présenté...

PNG - 240.2 ko
©Santé publique France

Face à ces chiffres, le Pr Eric Caumes, sur BFMTV, expliquait à son tour que la régression annoncée « est peut-être utopique », du moins pas basée sur les mêmes enquêtes. « J’ai bien peur que cela relève plus de l’espérance que de la réalité, a déclaré le chef du service des maladies infectieuses à la Pitié-Salpêtrière à Paris. Au niveau de la région parisienne tous les variants, sans parler du variant anglais, représentent 10 % des contaminations ». Quid encore des autres régions.

Une allocution basée sur des données plus anciennes de quelques jours

Selon Le Parisien, l’optimisme de Jean Castex se baserait sur « des données plus anciennes de quelques jours et contenues dans le rapport de Santé publique France paru jeudi ». A ce moment précis, la part des variants en question était alors de 4,2% en France et de 6,5% en Ile-de-France. Face à ces chiffres, on était alors en mesure de parler de stagnation plus que de régression. Actuellement, c’est donc le variant britannique qui est majoritaire en France avec près de 80% des souches positives séquencées. Mais attention, une déclaration récente du Conseil scientifique souligne que d’ici la période estivale, le Brésilien pourrait rattraper son retard et prendre la tête du classement. « Le variant britannique, très contagieux, disparaît grâce à la vaccination, qui pourrait être moins efficace face aux variants sud-Africain et brésilien », conclut Eric Caumes.
Mathieu SELLER

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.