DestiMed

Accueil > Ailleurs > Société > Des armes pour lutter contre le fléau de la pornographie en ligne

< >

Des armes pour lutter contre le fléau de la pornographie en ligne

lundi 15 février 2021

Les chiffres ont de quoi faire froid dans le dos : à 12 ans, près d’un enfant sur trois a déjà été exposé à des contenus pornographiques en ligne. Pour lutter contre ce fléau et mieux protéger les plus jeunes, le gouvernement a lancé, le mardi 9 février, un portail web pour aider les adultes à mieux s’armer contre cette « pandémie » digitale.

PNG - 285.6 ko
Un site Internet complet pour mieux lutter contre la pornographie en ligne

Il serait irresponsable de penser que cette exposition précoce n’aurait aucune conséquence grave. Les études montrent que plus de 50% des mineurs confrontés à de la pornographie en ligne s’avouent choqués. Plus loin encore, 44% des adolescents ayant déjà eu des rapports sexuels déclarent avoir essayé de reproduire des pratiques vues dans des films X, et près de 25% nourrissent de réels complexes à cause du porno. Pour tenter de combattre ce fléau, le gouvernement a donc opté pour une arme digitale.

Le site jeprotegemonenfant.gouv.fr s’adresse aux parents d’enfants à partir de six ans, susceptibles d’être exposés de façon volontaire ou involontaire. Au fil des clics, il est donc possible de découvrir des « contenus d’éducation à la sexualité pour libérer la parole entre parents et enfants », comme l’expliquent à l’AFP les cabinets d’Adrien Taquet et Cédric O, secrétaires d’État respectivement chargés de l’Enfance et des Familles et du Numérique.

Impossible de garantir un blocage à 100%

Cette plateforme s’inscrit directement dans les engagements pris dans le cadre d’un protocole adopté il y a un an par le gouvernement, le CSA, les principaux acteurs des télécoms et de l’internet, ainsi que des associations de protection de l’enfance. De nombreux outils sont donc mis à disposition des parents. Certes, ces alternatives permettent de réduire les risques potentiels d’exposition, mais ils ne peuvent en rien garantir un blocage à hauteur de 100%. C’est donc aux acteurs de l’industrie du X de prendre leurs responsabilité et de rendre leurs contenus totalement inaccessibles aux mineurs.

D’un point de vue légale, les sites qui n’appliqueraient pas cette démarche sont passibles de poursuites pénales, d’autant qu’une loi récemment adoptée, permet au CSA d’intervenir, en les bloquant. Pour le gendarme de l’audiovisuel, le dossier est parmi les priorités et il pourrait prendre « des décisions fortes dans le mois qui vient  », précise une porte-parole à l’AFP. En attendant, force est de constater que l’accès aux contenus des plateformes pornographiques est un « jeu d’enfant », puisqu’il suffit de se certifier majeur en un clic !

Une vidéo choc pour bien comprendre les risques

Pour compléter le dispositif de prévention et favoriser la sensibilisation, une campagne intitulée « La question », imaginée par l’agence MullenLowe France, circule sur la toile. L’auteur, Nicolas Torres, au travers de son œuvre, cherche à interpeller les parents d’enfants et d’adolescents sur l’exposition à la pornographie et ses conséquences. Sans chercher à culpabiliser les adultes, ce petit film veut surtout les aider dans leur combat quotidien. Retrouver également de nombreux témoignages sur #JeProtègeMonEnfant .
Mathieu Seller

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.