Recherche

Accueil > Provence > Société > Dossier sur l’eau. Améliorer la connaissance des prélèvements sur les (...)

< >

Dossier sur l’eau. Améliorer la connaissance des prélèvements sur les canaux gravitaires (2/10)

lundi 24 mai 2021

Depuis plusieurs années, la chambre d’agriculture des Hautes-Alpes équipe les prises d’eau des canaux pour obtenir des données précises sur les bassins versants les plus sensibles.

PNG - 649.7 ko
©L’Espace Alpin

Les objectifs du bon état des eaux et les actions élaborées dans les Plans de gestion de la ressource en eau (PGRE) découlent des Études de détermination des volumes prélevables (EVP) conduites maintenant depuis près d’une dizaine d’années. Ces analyses techniques ont été conduites sur la base de données de l’époque parfois imprécises ou incomplètes.

Afin d’améliorer la gestion de la ressource en eau, il est nécessaire d’affiner la connaissance des prélèvements agricoles, mais aussi de mesurer leurs impacts et effets sur les milieux. Pour cela, il est apparu nécessaire de développer un réseau de suivis afin de mieux connaitre les différents prélèvements agricoles du bassin versant. La chambre d’agriculture des Hautes-Alpes s’implique depuis plusieurs années dans cette démarche.

Moderniser et adapter leurs réseaux d’hydrauliques

Cette action permet également d’accompagner les porteurs de projets pour moderniser et adapter leurs réseaux d’hydrauliques. Ceci a abouti à partir de 2018, à équiper les principaux canaux gravitaires situés sur les bassins-versants du Buëch et du Drac, les plus sensibles à la sécheresse, en collaboration avec les Association syndicale autorisée (ASA) concernées.

Les prises d’eau des canaux sont ainsi équipées avec une sonde mesurant en continu la hauteur d’eau entrant dans le canal. Les données brutes sont récupérées en fin de saison et sont ensuite traitées pour obtenir une courbe représentant l’évolution des prélèvements dans le temps.

Un travail collaboratif

Reprenant la même logique que le suivi effectué par les gestionnaires de canaux lorsqu’ils relèvent les hauteurs d’eau sur leur échelle limnimétrique, ces courbes de hauteurs d’eau sont traduites en débit à partir de la « courbe de tarage » (correspondance hauteur/débit). La sonde permet de mesurer une valeur à un intervalle de temps prédéfini (généralement toutes les 15min), et permet une précision beaucoup plus importante que les 1 à 2 mesures mensuelles habituelles. Les quantités d’eau prélevées dans les milieux naturels par ces canaux sont donc bien connues en volumes et en débit instantané.

La chambre d’agriculture travaille en collaboration avec les partenaires techniques locaux comme le SMIGIBA ou la CLEDA, qui ont mis à disposition des sondes pour réaliser le suivi lors des premières années. En 2021, la chambre d’agriculture s’est équipée d’un courantomètre et de six sondes et devrait s’en procurer de nouvelles les années à venir. Cela permettra d’avoir un matériel neuf, capable de télétransmettre les informations et procurant des mesures précises.

Cette mission et les matériels nécessaires sont en majeure partie financés par l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée-Corse. Cette action permet aux ASA de mieux connaitre et piloter leurs prélèvements et cela leur permet de transmettre des informations précises à l’administration et d’optimiser leurs pratiques en fonction des besoins en eau.

L’Espace Alpin

Accompagnement des porteurs de projets individuels et collectifs par les chambres d’agriculture

Pour un grand nombre d’agriculteurs des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute-Provence, l’irrigation est essentielle pour assurer l’autonomie et sécuriser les revenus. La gestion de la ressource en eau a en effet toujours représenté un aspect stratégique du maintien et du développement de l’agriculture de montagne. Face à ces enjeux, les chambres d’agriculture des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute-Provence accompagnent les porteurs de projets individuels et collectifs au quotidien sur la thématique de l’irrigation.

Cet accompagnement concerne le sujet de l’eau dans son ensemble, depuis le conseil individuel à la parcelle, jusqu’à l’échelle du bassin versant, en passant par l’échelon des ASA.

L’Espace Alpin est le journal agricole et rural des Alpes-de-Haute-Provence et des Hautes-Alpes. Ce journal bimensuel est disponible sur abonnement sur lespace-alpin

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.