Recherche

Accueil > Provence > Politique > Élections régionales : Présentation des choix et priorités d’actions des (...)

< >

Élections régionales : Présentation des choix et priorités d’actions des Citoyens du Sud

mercredi 24 février 2021

La co-construction d’un projet régional partagé "pour une région citoyenne, solidaire, écologique et démocratique" vient d’être lancée lors d’une première rencontre en visioconférence avec les signataires des Citoyens du Sud.

JPEG - 116 ko
Lancement de la co-construction d’un projet régional partagé © citoyensdusud.com

« Notre Appel a été lancé pour rappeler l’urgence de la mobilisation citoyenne pour les élections régionales qui doivent avoir lieu les 13 et 20 juin 2021 », explique Aldo Bianchi, avant de préciser encore : « Cet Appel est une alerte pour déclencher les événements politiques. Notre démarche est avant tout unitaire. Nous voulons une seule liste de gauche présente dès le premier tour des élections régionales, rassemblant l’ensemble des citoyens et des partis politiques ». Et invite : « A nous d’écrire une nouvelle page de la région, sur des valeurs ».

Hélène Goldet, signataire également rappelle la nécessité d’assurer l’avenir des jeunes au sein de notre région Provence-Alpes-Côte d’Azur, en garantissant à tous les mêmes conditions de déplacement et de formation. « Nous proposons de récréer des lieux et instances de concertation, entre les associations d’usagers et les exploitants des transports en commun. Il est nécessaire de créer une plateforme d’information pour faire remonter les demandes des usagers. Nous devons assurer la coordination entre les différentes autorités organisatrices ».

Plan d’accompagnement des lycéens et des apprentis en lycée professionnel

Pour elle la priorité doit être d’élaborer un Plan d’accompagnement des lycéens et des apprentis en lycée professionnel. « Nous devons suivre l’ensemble des étudiants et créer les dispositifs amenant à une première expérience dans l’emploi, en lien avec les Universités, administrations et employeurs. A nous de veiller à ce que les outils informatiques des enseignants puissent fonctionner si de nouveaux confinements étaient à prévoir ». Puis de souhaiter une réduction du tarif de la carte Zou.

« 17% de la population vit avec moins de 1 063 euros par mois »

Cristelle Chevalier pointe pour sa part les inégalités « qui s’accentuent au sein de notre Région, avec le plus fort taux de pauvreté, puisque 17% de la population vit avec moins de 1 063 euros par mois ». Elle précise : « On observe d’abord des inégalités géographiques, avec un territoire côtier qui concentre 82% de la population, et un arrière-pays beaucoup moins riche ». Un mouvement qui s’est amplifié « surtout pour les jeunes » depuis la crise de 2008. Puis de pointer les inégalités sociales : « d’autant plus fortes, avec un coût du loyer exorbitant qui pousse nos concitoyens à habiter à la périphérie des villes. Les services publics et les transports publics n’étant pas au rendez-vous, les surcoûts sont bien réels et subis par une majorité de la population ». Constate que : « seulement 10% des trajets domicile-travail s’effectuent aujourd’hui en transports en commun, contre 15% en moyenne nationale ». Puis d’évoquer un territoire de contrastes : « Notre région possède la plus grande étendue d’espaces naturels, avec 30% d’agriculture biologique. Mais, elle connait un taux d’émission des gaz à effet de serre supérieur de 56% à la moyenne nationale ».

« la Méditerranée demeure un thème incontournable »

Pour Christian Bruschi, la Méditerranée demeure un thème incontournable. Et, à ses yeux : « La Méditerranée du futur se contente aujourd’hui d’être dans l’événementiel.
Elle ne génère pas de liens durables et reste seulement un fantasme et une incantation
 ». Il propose de se concentrer « sur la Méditerranée occidentale, afin de constituer des espaces d’échanges sur la base d’objectifs délimités ». Affiche comme priorité « de lutter contre la pollution de la Mer Méditerranée, devenue une poubelle ». Invite à la solidarité « envers les Migrants, et faire en sorte que la Méditerranée ne soit plus un cimetière. Les immigrés sont les ambassadeurs entre la rive Nord et la rive Sud. La région doit jouer un rôle incitatif, en nouant des échanges culturels et liens durables, et en s’appuyant sur les institutions culturelles existantes.
Notre objectif est de construire des échanges institutionnels durables
 ».

« Nous retrouverons le sens du politique à travers la citoyenneté »

Marc Pena rappelle le sens profond de cette démarche citoyenne, pour chercher à comprendre à la fois sa pertinence et sa complexité. « Nous retrouverons le sens du politique à travers la citoyenneté, lieu commun du partage. Cela implique la construction d’un imaginaire collectif, d’un récit renouvelé pour transformer la société. » Pour lui les partis politiques demeurent indispensables pour faire fonctionner la démocratie. « Ils en sont même la condition nécessaire, mais pas suffisante. Les forces intellectuelles et militantes se trouvent souvent ailleurs. » Et de considérer que la région est le lieu de formation d’un véritable projet citoyen. « Cette institution représente un espace pertinent en termes de bassins de vie, de territoires et d’espaces économiques. Les aménagements du territoire, le logement et les transports n’ont pas été pensés pour lutter contre les inégalités ». Et il ajoute : « La continuité citoyenne permet de mettre en place une co-construction citoyenne, pour nourrir le débat des idées sur notre plateforme citoyenne citoyensdusud.com, afin de co-construire un projet ».

Budget participatif régional

Marc Pena propose la mise en place d’« un Budget participatif régional, décliné par départements, pour fabriquer des projets décidés par et pour les habitants. Nous demanderons à tous les élus de signer une Charte d’engagement éthique et politique, pour retrouver la confiance avec les citoyens, dans la clarté et la transparence ». Autres propositions avancées : des comptes rendus de mandats périodiques et le rejet de toute forme de cumul des mandats. « Nous sommes des citoyens politiques et nous entendons avoir toute notre place dans cette élection ». Il préconise : « A nous de dégager des projets qui puissent intéresser les citoyens et changer leur quotidien. Proposons-leur une liste diverse, représentative et crédible. Nous lançons un Appel à tous les collectifs citoyens qui souhaitent nourrir un projet commun ». Et il considère que « la liste unique d’union des forces de gauche et des écologistes devra être équilibrée et paritaire, composée à 50% de citoyens et à 50% de militants des partis, pour créer une véritable dynamique à la fois citoyenne et politique ».

« A côté du projet, il doit y avoir une représentation des citoyens »

Jacques Boulesteix conclut sur la démarche citoyenne qui doit être l’essentiel des projets politiques. « La construction citoyenne permet de porter un projet, des éléments et des propositions qui vont s’incarner dans une liste. A côté du projet, il doit y avoir une représentation des citoyens. C’est un ensemble dont nous sommes partie prenante ». Et d’affirmer : « Nous sommes dans une démarche ouverte, de transparence, qui met tout sur la table. Nous entendons porter un projet clairement identifié comme alternatif à la politique régionale menée aujourd’hui. Nous n’allons pas transiger sur les principes, la représentation citoyenne ».
Michel CAIRE

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.