Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Marseille Provence 2013 > L’événement Capitale > FESTIVAL DE RANDONNEES DU PAYS D’AUBAGNE ET DE L’ETOILE

< >

FESTIVAL DE RANDONNEES DU PAYS D’AUBAGNE ET DE L’ETOILE

jeudi 21 mars 2013

La tête, les jambes… et les papilles

Gourmandes, nocturnes, familiales, équestres et bien sûr artistiques : du 7 au 12 mai prochain, le 5ème festival de randonnées propose cette année en pays d’Aubagne et de l’Etoile une mouture toute particulière, mâtinée plus encore de culture. Année Capitale oblige !

JPEG - 79.1 ko
Pour Patrick Arnoux, "la force créative de ce festival restera marquée dans les esprits". (Photo C.S.)

« Une évidence » : pour Patrick Arnoux, 1er adjoint au maire de la Ville d’Aubagne et vice-président de l’Agglo, il s’imposait, ce festival de randonnées, au pays d’Aubagne et de l’Etoile. Il prenait sa source entre six massifs collinaires voilà 5 ans, avec déjà quelques 268 participants à son actif lors de cette première. Pour devenir avec le temps « un festival reconnu en ce qui concerne la randonnée », rappelle l’élu. Sa recette ? Mixer balades pédestres et activités plus incongrues, campagne et urbanité, nature et culture. « L’an dernier, il y avait présence d’animations relevant du cirque », se souvient Patrick Arnoux. Et à l’occasion de cette 5ème édition, le programme promet d’être plus riche encore d’un point de vue culturel… « Je suis intimement convaincu que la force créative de ce festival restera marquée dans les esprits », avance-t-il en guise de promesse.
Et pour cause : du 7 au 12 mai prochain, le nouvel opus, labellisé Marseille Provence Capitale européenne de la culture, fera partie intégrante du GR®2013, un parcours pédestre métropolitain long de 365 km et traversant 38 communes, tracé à l’aide notamment d’artistes marcheurs. Objectif : « mettre au cœur de leur démarche créative la relecture du pays », explique Pierre Martinez, directeur de projet MP2013. Un territoire « très urbain, mais composé aussi d’espaces naturels préservés, des calanques aux Alpilles. Un pays qu’il fallait aussi faire découvrir » aux non initiés, et au-delà des quelque 8 000 licenciés parcourant déjà habituellement le territoire, appuie Isabelle Brémond, directrice de Bouches-du-Rhône tourisme.

« Un cadre hors norme nous incite à la remise en question »

Le 5ème festival de randonnées vibrera donc au diapason de cette volonté, avec, sur ces 6 jours, pas moins de 40 randonnées de durées variées - entre 3 et 8 heures - et aux thématiques diverses. Urbaines, gourmandes, équestres, nocturnes, familiales : elles se déclineront de mille et une manières. Et année Capitale oblige, la programmation compte 12 parcours artistiques et culturels. Citons par exemple dans le lot Luce Moreau et son projet Anamorphoses, présente le 8 mai sur l’itinéraire 31. « Elle dessine dans le paysage des anamorphoses avec des miroirs, tout en convoquant et plaçant les gens. Elle les fait briller en réfléchissant les rayons du soleil dans les objectifs photographiques et donne une nouvelle direction au paysage. Des formes géométriques en surgissent », raconte Pierre Martinez. Ou encore Nicolas Mémain, les 9, 10 et 12 mai sur 3 itinéraires différents (Respectivement, le 14, le 23 et le 39). Cet architecte de métier proposera des visites hors du commun : « c’est un féru de béton ! Il a une capacité à relire les paysages urbains et l’architecture des Bouches-du-Rhône qui n’appartient qu’à lui. Et au fil de ses explications, le béton devient un objet magnifique », commente encore le directeur de projet. Enfin, le collectif Safi devrait lui aussi étonner plus d’un randonneur : « savez-vous que la biodiversité est plus riche en milieu urbain ? C’est ce que va démontrer sur le terrain ce collectif ! Il va collecter des plantes spécifiques et les confier à deux chefs cuisiniers (ndlr : Alexandre Mazzia du Ventre de l’architecte et Laurent Favre-Mot du Salon de gourmandises) », ces derniers devant réaliser des encas savoureux destinés au pique-nique de point de vue du 12 mai, sur l’itinéraire 42. Une des multiples balades gourmandes de ce festival.
Bref, des exemples démontrant encore, s’il en était besoin, que ces collines chères à Pagnol peuvent se prêter à loisir aux divagations créatives. Ce qu’exprime fort justement dans sa conclusion Nathalie Artufel, chorégraphe appelée à évoluer le 11 mai sur l’itinéraire 34 : « pourquoi inscrire un projet artistique dans la nature ? Et bien, en tant qu’artiste, elle me procure une autre liberté de créer que l’on n’a pas forcément dans une boîte noire, un théâtre. Donner corps à des projets dans un cadre hors norme, cela nous incite avant tout à nous remettre en question. »

Carole SIGNES

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.