Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > >

< >

L’Aéroport Marseille Provence mise sur un retour des vols domestiques durant les 15 derniers jours de mai

jeudi 23 avril 2020

En trois semaines, les trois dernières, l’Aéroport Marseille Provence (AMP) a annoncé ce jeudi 23 avril avoir perdu 99% de son trafic passager. Il est passé de 150 vols par jour à entre 3 à 5 vols par jour, à l’heure actuelle, vers la Corse et Paris. De 25 000 passagers par jour en moyenne, il n’en accueille que 300 aujourd’hui. Les responsables de l’AMP ont évoqué, sans donner de dates précises, une reprise progressive du trafic en trois étapes : « Domestique, puis intra Schengen, puis hors Schengen. » Explications et perspectives estivales…

Cet article vous intéresse ?

Aidez-nous à poursuivre la mise à disposition d'articles gratuits en regardant simplement une courte publicité de votre choix :


JPEG - 97.2 ko
Seulement 5 vols par jour pour l’Aéroport Marseille Provence (Photo archive Philippe Maillé)

« La durée de vie d’un scénario de reprise, à l’heure actuelle, c’est une journée. » La réflexion a été faite ce jeudi 23 avril au matin à plusieurs reprises par les responsables de l’Aéroport Marseille Provence. Mais ce qui ressort principalement de ces premières pistes de rétablissement progressif des vols est qu’une issue pourrait être favorable, en direction des pays les plus proches, pour les vacances estivales. « Il faudra pour cela que les conditions soient homogènes au niveau européen, surtout  », précise Philippe Bernand, le président du directoire AMP. « Dans le cas contraire, il y aura une situation de grippage… Il nous faudra une unité européenne des modalités de l’ensemble des modes de transports publics. Il nous faudra une même cohérence à ce niveau-là. Quand vous prenez l’avion, vous avez toujours avant et ou après à utiliser en matière de déplacements d’autres transports publics. Pour cette raison, notamment, les recommandations devront être à la fois pratiques et homogènes. » Un espoir demeure ainsi pour ceux qui avaient déjà réservé leurs billets pour juillet-août vers des destinations européennes, on peut le penser dans l’état actuel de la situation dressée par l’AMP. « Nos prévisions de trafic ne prennent pas en compte les faillites, mais quelles compagnies vont disparaître, nous sommes sans réponse pour le moment ? », s’interroge haut et fort Philippe Bernand qui ajoute : « selon nos prévisions les plus optimistes, nous espérons retrouver un trafic passagers de 5,6 millions (exactement 5 602 593) en fin d’année 2020. Ce qui représenterait une baisse de - 46 % par rapport à la prévision établie pour l’élaboration du budget (le chiffre de 10 352 261 passagers était avancé dans ce dernier NDLR). On table sur une reprise timide en mai, avec un retour des vols domestiques durant les 15 derniers jours de ce mois de mai. » Toujours selon le scénario « le plus optimise », les pertes attendues en termes de trafic passager pour les mois de juillet et août seraient respectivement de - 54 % et - 43 %. Pour l’année 2021, et toujours au regard de ces premières estimations, le trafic présenterait des chiffres en baisse de 20 à 25 %.

« Nous avons toujours aucune certitude sur la date de reprise de l’aéroport »

JPEG - 105.6 ko
Philippe Bernand, président du directoire AMP et Julien Boullay, directeur marketing et communication (Photo Robert Poulain)

Julien Boullay, le directeur marketing et communication, précise pour sa part : « Les frontières pourraient rouvrir cet été. Nous aurons de toute manière une baisse très importante de la fréquence vers les hubs les plus importants en Europe. La chute du trafic a été brutale. Habituellement, à cette période de l’année, nous accueillons par jour entre 20 000 à 30 000 passagers. En ce moment, on est à 300 passagers maximum. Nous avons seulement 5 vols par jour, dont 4 vers la Corse : Bastia et Ajaccio et 1 vol vers Paris. Durant le week-end, nous avons un seul vol qui fonctionne le samedi et un autre le dimanche vers Paris. » Les responsables de l’Aéroport ont confirmé que « depuis le 10 avril, 4 vols 100 % cargo en provenance de Shanghai avaient été accueillis pour la livraison en tout de 5 millions de masques. » Avant d’ajouter que «  5 à 6 vols étaient encore attendus en provenance de Chine et Shanghai  », les prochains jours, « pour livrer de nouveaux masques », sans en communiquer le nombre précis. « Nous avons toujours aucune certitude sur la date de reprise de l’aéroport, tempère Patrice Escorihuela, directeur administratif et financier de l’AMP, notre Terminal 2 a été fermée à l’issue de la première semaine de confinement. La deuxième semaine a été très chaotique. Nous avons reçu beaucoup de passagers de paquebots à rapatrier, avec des vols vers Atlanta ou Manille. Nous avons ensuite pris la décision de fermer le Hall A du T1 à l’issue de la deuxième semaine. On ne fonctionne en ce moment qu’avec notre seul Hall B. Nous pourrons penser à rouvrir tous nos équipements quand on aura retrouvé au moins 30 % de notre trafic. »

« La crise va modifier de manière durable la manière de fonctionner dans les aéroports »

Pour faire face à la situation jugée « sans précédent », l’AMP a mis en place un plan d’économie de 15 M€ et a souscrit 25M€ d’emprunts en mars. A l’heure actuelle, 75 % des salariés de l’aéroport sont à l’arrêt. « Nous avons perdu la quasi totalité de notre chiffre d’affaires », concède Philippe Bernand, « et avons misé sur des priorités depuis le début du confinement face à la situation de crise sanitaire. La première a été de réduire au maximum les dépenses, et ce même si on est une entreprise qui a des coûts fixes. La seconde a consisté à assurer la sécurité et la protection de nos collaborateurs. La troisième a été de rester opérationnel avec la poursuite des vols vers la Corse, le rapatriement des Français qui étaient à l’étranger, l’accueil des vols sanitaires et du fret. Ce qui apparaît certain, pour l’avenir, est que les risques sanitaires devront s’inscrire désormais dans toutes nos politiques et pratiques. La crise va modifier de manière durable la manière de fonctionner dans les aéroports. » Autres annonces et changements pour la suite, toujours en raison de cette crise sanitaire : « La généralisation des paiements sans contact, le développement des points d’information installés, une distanciation sociale qui deviendra la nouvelle norme, ainsi que la dématérialisation des démarches nécessaires au transport aérien. »

« Le port du masque devra être obligatoire pour chaque passager »

Le patron de l’aéroport s’est montré clair sur le fait que « le port du masque devra être obligatoire », les prochains mois, pour chaque passager afin qu’il puisse voyager. Tout passager sera censé arriver avec un masque, ou, dans le cas contraire, l’AMP devrait prendre des dispositions pour pouvoir en fournir. L’aéroport a déjà fait la commande de 150 000 masques pour pouvoir équiper tous ses collaborateurs « afin qu’ils puissent tenir jusqu’à l’hiver.  » Toujours pour Philippe Bernand et pour conclure, « l’effet d’entraînement de l’international sera déterminant  » pour que reprenne plus rapidement le trafic mondial, alors « qu’un délai de 12 à 18 mois  » devrait être nécessaire « pour retrouver la normale » en termes de fréquences des vols et activités de l’Aéroport Marseille Provence.
Bruno ANGELICA

L’appel de l’AMP aux aides de l’État
« Le secteur a besoin d’aides sur les aspects fiscaux, en ce moment nous finançons à perte les missions régaliennes de l’Etat  » a encore lancé ce jeudi 23 avril le patron de l’AMP. « Nous avons un besoin considérable d’aide sur les aspects fiscaux, car nous finançons à perte ces missions, ce n’est pas tenable » a ajouté le directeur administratif et financier. En effet, Il faut savoir que les opérations régaliennes de sûreté de l’État ont été déléguées aux aéroports français. D’autre part, et depuis le début de la crise sanitaire, seulement deux compagnies ont fait connaître à l’AMP des changements dans leur feuille de route pour les prochains mois : « Air Canada » a annoncé suspendre jusqu’à la fin de l’année sa liaison avec la France, et « SunExpress  » a décalé le lancement de sa nouvelle ligne qui était prévue vers Antalya en Turquie.
B.A.

Cet article vous a intéressé ?

Aidez-nous à poursuivre la mise à disposition d'articles gratuits en regardant simplement une courte publicité de votre choix :



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.