Recherche

Accueil > Culture > Littérature > La Bibliothèque de Mireille : La promesse des jours heureux de Martine (...)

< >

La Bibliothèque de Mireille : La promesse des jours heureux de Martine Pilate

dimanche 7 mars 2021

« La Promesse des jours heureux », le nouveau roman de Martine Pilate, paru aux Éditions Christine Bonneton., est la promesse d’un bon moment de lecture le temps d’un voyage entre familles hongroises et terres ardéchoises.

La vie est un ballet que l’on ne danse qu’une fois


Une simple lettre venue de Hongrie et c’est tout le passé qui resurgit après seize années de silence et de secrets. Dans son exil au sein d’une campagne rude de l’Ardèche où il a réussi à faire sa place, Krisztian revoit sa vie en pays magyar : son enfance partagée entre la Grande Plaine auprès de sa grand-mère originaire de Nancy et sa vie à Budapest où ses parents possédaient une épicerie fine fréquentée par les notables, jusqu’à sa rencontre et son amour pour Béatrix, d’une famille viticole d’Eger, qui bouscula son destin. Mais, lorsque les sentiments ne sont pas partagés, tout s’écroule. Il faut donc rebâtir pour préserver l’existence d’un enfant innocent. La vie est un ballet que l’on ne danse qu’une fois. Dès lors, les choix s’imposent…

Tous les ingrédients d’un bon roman sont là

Le récit commence en 1936, en Ardèche où Krisztian, émigré hongrois, vit avec sa femme et son fils depuis seize ans déjà. C’est pourtant en Hongrie que l’auteur nous conduit, au cœur des vignes et des commerces de famille amenant par petites touches la raison de la venue de son protagoniste en terres ardéchoises. Tous les ingrédients d’un bon roman sont là : un contexte historique, une documentation étayée qui donne sens et crédit au récit, une romance tissée entre liens familiaux, passion et déraison, quelques rebondissements propres à tenir en haleine le lecteur. Martine Pilate a le talent d’embarquer le lecteur dans une histoire prenante au style bien affûté !

Extrait :

Le courrier émanait d’un cabinet notarial de Budapest, la ville où résidaient ses parents. Au fur et mesure qu’il avançait dans sa lecture, il se sentait soulagé. L’espace d’un instant, il avait redouté une triste nouvelle ou l’aboutissement d’une recherche policière. En fait, ce n’était pas lui qui était concerné, mais son fils qui, mineur, dépendait toujours légalement de lui. Il s’agissait d’un héritage. Il essuya les gouttes de sueur qui perlaient sur son front, tout en cogitant. Serait-ce un piège ? s’interrogea-t-il, dubitatif. Il vérifia la copie de l’acte de décès qui était jointe. Tout paraissait parfaitement en règle. Son cœur se serra presque à l’en faire souffrir. Non, jamais il n’avait pu l’oublier, celle dont on lui annonçait la disparition et qui portait toujours son nom, celui des Borosvary. Comment effacer un amour qu’il avait cru pour la vie ? En tout cas, pour lui, il était resté éternel même s’il avait été douloureux. (…)


Mireille SANCHEZ
La promesse des jours heureux, de Martine Pilate. Éditions Christine Bonneton - 280 pages. 14,90 €

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.