Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives


Accueil > Culture > Littérature > Le Coin Lecture de Régine : "Je change de file" de Sarah Doraghi

< >

Le Coin Lecture de Régine : "Je change de file" de Sarah Doraghi

lundi 30 décembre 2019

Sarah Doraghi, chroniqueuse culturelle sur France 2, nous livre quelques savoureuses confidences sur sa jeunesse, celle d’une Iranienne découvrant Paris et plus encore, le français. Une langue qu’elle n’aura de cesse d’apprendre pour mieux la servir à travers son métier de journaliste. "Je change de file" est à la fois drôle, tendre et décrit parfaitement l’amour d’une Persane pour sa famille et pour la France.


« Je change de file est mon histoire. L’histoire d’une petite fille iranienne arrivée sans ses parents en France à l’âge de 10 ans. En 1979, il y a eu la révolution, en 1981, la guerre Iran-Irak. Je suis envoyée dans ce pays symbole de liberté, égalité, fraternité et laïcité avec mes deux grandes sœurs, ma tante et ma grand-mère. Mes parents sont restés là-bas, pour continuer à travailler et pour nous envoyer de l’argent, mais sans doute aussi parce qu’ils avaient compris qu’en quittant l’Iran ils n’y retourneraient pas de sitôt. Apprendre une langue, un peuple, un pays, ses droits, ses devoirs, sa mentalité. Apprendre avec les moyens du bord, avec les mimiques, les sons, l’école, la télévision et le mimétisme. Apprendre à ne pas se vexer, à encaisser les réflexions et les questions idiotes, mais apprendre avec les bienveillants aussi jusqu’à l’obtention du passeport français, celui-là même qui permet de changer de file à l’aéroport, passant de la file "All Passports" à la file "UE". Ce livre est une déclaration d’amour à ces deux pays. L’un m’a vu naître, l’autre m’a fait renaître. »
Sarah Doraghi

Par ses mots vivants, simples mais efficaces, Sarah Doraghi dépeint à hauteur d’enfant sa découverte de Paris. Ne cherchez pas de drame ou de larme chez cette "déracinée", l’auteure semble définitivement tournée vers le soleil. Ses souvenirs égrenés sous forme de billets d’humeur sont remplis au mieux de tendresse, au pire d’ironie. Jamais l’on ne ressent de regret, de plainte chez la journaliste tombée en amour pour une langue peut-être davantage que pour un pays. "Je change de file" est à lire pour le plaisir des mots et pour l’optimisme qui s’en dégage…
Régine ZOHAR

"Je change de file", de Sarah Doraghi. Éditions Plon. 188 p. 17 €.

Extrait :
La langue française ne fut pas simplement une langue étrangère qu’il fallut apprendre. Elle se destinait à devenir notre seul moyen de communiquer. (…) Le français est une langue si musicale. On en joue comme d’un instrument. On l’écoute comme un concerto. Elle est la clé de sol qui ouvre les portes des plus belles partitions culturelles. L’accès à tout, aux plus grands auteurs, aux contradicteurs, aux petits et grands mots d’esprit. Quand elle n’est pas maternelle, elle est comme un jeu, une cour de récréation, un parc fantastique. Tout y est nouveau, du "jamais essayé", les attractions sont des mots, des phrases, des prononciations, des expressions, certains construits, d’autres en pièces détachées, attendant d’être emboîtées, articulées. Nous sautillons alors sur des sons, grimpons sur des syllabes, glissons sur des voyelles aérées, chutons sur des consonnes bétonnées. Et puis, un jour, à force de galoper au milieu de ces millions de mots sauvages, on finit par y trouver sa trouve, celle que l’on dompte, que l’on tient au bout des rênes, notre vocabulaire.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.