Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > >

< >

Lettre ouverte de Bruno Benjamin, président du Crif Marseille-Provence à Jean-Luc Mélenchon qui "se mue en populiste de la pire espèce"

mardi 17 décembre 2019

Cet article vous intéresse ?

Aidez-nous à poursuivre la mise à disposition d'articles gratuits en regardant simplement une courte publicité de votre choix :


JPEG - 76.8 ko
Bruno Benjamin adresse une lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon (Photos Robert Poulain)

Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France Insoumise a donné son analyse des élections en Grande-Bretagne avec la large victoire de Boris Johnson face au travailliste Jeremy Corbyn. Des propos dans lesquels il s’en prend au Likoud et au Crif. Depuis, la polémique prend de l’ampleur. Jean-Luc Mélenchon devait notamment écrire : « Corbyn a passé son temps à se faire insulter et tirer dans le dos par une poignée de députés blairistes. Au lieu de riposter, il a composé. Il a dû subir sans secours la grossière accusation d’antisémitisme à travers le grand rabbin d’Angleterre et les divers réseaux d’influence du Likoud (parti d’extrême droite de Netanyahou en Israël). Au lieu de riposter, il a passé son temps à s’excuser et à donner des gages. Dans les deux cas il a affiché une faiblesse qui a inquiété les secteurs populaires. Cette envie de bonne réputation, je l’ai vue de près. Quand je lui ai rendu visite, nous avons parlé en espagnol de ce qui se passait dans le monde. Il a publié un communiqué à ma sortie se félicitant de notre intérêt commun pour l’investissement public dans les entreprises. Ce genre de façon, je l’ai connu souvent. À l’étranger et en France. Ça ne mène nulle part ceux qui les adoptent. Au contraire. Les gens sérieux regardent en coin et comprennent qu’il y a anguille sous roche. Comment croire que nous ayons discuté d’investissement public alors que reposait sur nous l’espoir d’une bascule de notre famille dans le camp du changement des règles du jeu du monde ? Tel est le prix pour les "synthèses" sous toutes les latitudes. Ceux qui voudraient nous y ramener en France perdent leur temps. En tous cas je n’y céderai jamais pour ma part. Retraite à point, Europe allemande et néolibérale, capitalisme vert, génuflexion devant les ukases arrogants des communautaristes du CRIF : c’est non. Et non c’est non ».


Le président du Crif Marseille-Provence, Bruno Benjamin, réagit dans une lettre ouverte aux propos du député des Bouches-du-Rhône :
« Le spectacle est terminé et le clown est triste : Mélenchon n’amuse plus la galerie. Ressorts brisés, liens définitivement distendus avec la communauté juive. Comme beaucoup de nos compatriotes, nous ne supportons plus ses outrances, ses jugements à l’emporte-pièce, son goût de la provocation, sa hargne à se singulariser en donnant libre cours à ses dérapages. Ses envolées lyriques de tribun radotant ne séduisent plus personne. Mélenchon, ça suffit ! Dans un amalgame hallucinant, le leader de la France insoumise se mue en populiste de la pire espèce quand il évoque "la génuflexion" des puissants assimilés à "l’Europe allemande et néolibérale", devant "les ukases arrogants des communautaristes du Crif", ponctuant sa diatribe d’un "Non" outrageusement péremptoire. Selon lui, Corbyn "a dû subir sans secours la grossière accusation d’antisémitisme à travers le grand rabbin d’Angleterre et les divers réseaux d’influence du Likoud". Mépriser une autorité spirituelle respectée, tout en jetant la suspicion sur un parti politique israélien, le procédé est abject. Nous voici revenus à la thèse du Juif qui domine le monde et devant lequel, comme le proclamait la propagande fasciste pendant l’Occupation, l’on se prosternait en guise de soumission. Ces propos inadmissibles ne participent pas seulement à un besoin maladif de parler, de s’attirer la lumière médiatique, ils s’inscrivent dans un préjugé nauséabond. En communion de pensée avec Francis Khalifat, président national du Crif, nous dénonçons "la dérive avide de visibilité médiatique" d’un homme dont les paroles "sont inspirées d’une rhétorique vichyste du complot juif". Pour provocateur que soit un chef de parti, le député de Marseille devrait savoir que de telles déclarations, aussi intempestives le délégitiment totalement. Car sa charge est volontaire, délibérée, assumée. La vieille ficelle de l’antisémitisme -ou de l’antisionisme- sert ici d’appât à de potentiels électeurs prosélytes que vise l’extrême gauche déliquescente pour se refaire une santé politique. Après avoir récemment décerné un brevet "d’humanisme" au Rassemblement national, Jean-Luc Mélenchon se prête à toutes les compromissions. Opportuniste tous terrains, l’ami de Maduro et des dictateurs sud-américains cherche à ratisser la plate-bande des islamo-gauchistes qui ont l’antisémitisme pour dénominateur commun avec l’extrême-droite. Les deux font la paire dans l’ignominie. Ils chevauchent le même monstre. Mélenchon semble s’être enfermé dans une cage à l’intérieur de laquelle il n’a, pour interlocuteur, que ses propres raisonnements, et où ses divagations fumeuses ne vivent que de leurs propres délires. Cette obsession lancinante chez lui de commenter, d’interpréter, de parader devant micros et caméras, confine à une mégalomanie proche de la psychose dissociative. On ne pouvait imaginer ce qui lui arrive de si pathétique, de si théâtral, tant le bonhomme se parait des idéaux de la Révolution, en vociférant sur les estrades, mais cette fois, il a dépassé les bornes. Trop, c’est trop ! Le masque est tombé, l’homme n’est plus que sa propre caricature. Mélenchon, ça suffit ! »

Cet article vous a intéressé ?

Aidez-nous à poursuivre la mise à disposition d'articles gratuits en regardant simplement une courte publicité de votre choix :



Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.