Recherche

Accueil > Méditerranée > Var > Luc-en-Provence : des élèves férus de sciences retenus pour la finale du (...)

< >

Luc-en-Provence : des élèves férus de sciences retenus pour la finale du concours CGénial à Paris

dimanche 9 mai 2021

C’est avec leur projet « L’esprit sourcier : Comment cartographier une zone aquatique polluée et trouver l’origine de cette pollution ? » que l’équipe du collège Pierre de Coubertin du Luc-en-Provence (83) participera, le mercredi 19 mai, à la finale 2.0 du 14e Concours CGénial. La cérémonie de remise de prix sera animée par la journaliste Cécile Djunga (C’est Toujours Pas Sorcier, France TV).

PNG - 590.5 ko
Le projet L’esprit Sourcier ©CGenial

« C’est un honneur d’avoir été choisie pour animer cette finale du Concours CGénial. Je suis profondément convaincue que l’éducation est indispensable à notre société si l’on veut changer les choses. De mon expérience dans l’émission "C’est Toujours Pas Sorcier", découvrir les sciences par l’expérimentation est une grande chance. Ici, les élèves participent à des projets scientifiques ambitieux qui leur permettront d’avoir davantage confiance en eux et de faire des choix d’orientation éclairés », assure Cécile Djunga.

La journaliste revient sur le concours : « Fruit d’un partenariat entre la Fondation CGénial et le dispositif ministériel Sciences à l’École, le Concours CGénial valorise l’enseignement des sciences et des technologies dans les collèges et lycées. Il permet aux jeunes, aidés de leurs enseignants, de présenter un projet didactique et innovant sur des thématiques de leur choix. Cette édition révèle un véritable intérêt des élèves pour des sujet autour du développement durable, de l’environnement, de la santé et de l’aide à la personne ».

Un but commun pour un travail d’autant plus efficace

De l’avis des enseignants, le Concours permet d’avoir un lien différent avec les élèves, et d’être plus libre dans le contenu de l’enseignement. Pour le collège du Luc-en-Provence, ce rendez-vous est formidable coup de boost pour aiguiser l’envie d’apprendre des élèves. « Ils ont travaillé sur des concepts de niveau lycée. Si on arrive à les intéresser et les mobiliser, ils peuvent suivre un contenu un peu plus compliqué, grâce notamment à l’aspect pratique. Ça permet aussi de leur faire découvrir des notions de façon intéressante, de les entraîner à présenter un projet, à vulgariser des concepts complexes, tout en prenant du plaisir », insiste Mme Rouveyrol, professeur de mathématiques au collège.

Une implication renforcée des élèves

Une fois encore, comme la quasi-totalité des événements depuis le début de la crise sanitaire, le format du concours CGénial sera digital. « Pour cette édition digitale, les équipes finalistes auront à cœur de convaincre les jurés de la valeur de leur projet lors de leur passage devant 3 jurys successifs. Chacune des 49 équipes en lice sera évaluée selon des critères notant l’originalité, l’innovation, l’intérêt sociétale ou local, l’expérimentation, la démarche, la rigueur et la méthode, et, dans une moindre mesure, les partenariats réalisés et la communication menée autour de leur projet », conclut Marianne Gutierrez, en charge du concours, au sein de la Fondation CGénial.
Gilles CARVOYEUR

A noter

La Fondation CGénial, reconnue d’utilité publique, a été créée en 2006 par des entreprises et le soutien du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation pour la promotion des sciences, des techniques et des métiers associés auprès des collégiens et lycéens. Grâce à l’engagement des professionnels du monde de l’enseignement et de l’entreprise, la Fondation coordonne 4 actions phare : Concours CGénial, Ingénieurs et techniciens dans les classes, Professeurs en entreprise et Yes we code !

Sciences à l’École est un dispositif ministériel dont l’objectif est de promouvoir la culture scientifique et technique et de susciter des vocations chez les élèves du secondaire. Son action s’articule, entre autres, sur les concours scientifiques nationaux et internationaux, dont le concours CGénial et la participation française aux Olympiades Internationales de Chimie, de Géosciences et de Physique.

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.