Recherche

Accueil > Aix Marseille > Economie > Marseille. Inauguration de l’extension du campus de Luminy de Kedge Business (...)

< >

Marseille. Inauguration de l’extension du campus de Luminy de Kedge Business School

mardi 13 juillet 2021

Jean-Luc Chauvin, Président de la CCI métropolitaine Aix-Marseille-Provence et Alexandre de Navailles, Directeur Général de Kedge Business School, viennent d’inaugurer l’extension du campus de Luminy de Kedge « une école aux standards internationaux au service des entreprises et de l’attractivité de notre territoire. »

JPEG - 111.3 ko
Jean-Luc Chauvin, président de la CCIAMP entouré d’Alexandre de Naveilles, directeur général de Kedge et de l’architecte Thierry Méchineau © Mireille Bianciotto

La Chambre de Commerce et d’Industrie métropolitaine Aix-Marseille-Provence, propriétaire du foncier et des bâtiments actuels du campus de Luminy de Kedge, a ainsi réalisé un investissement de 34 M€ pour la modernisation et l’extension du bâti de 6 624 m2, afin de répondre aux standards internationaux de qualité des infrastructures et des services. Cette réalisation consacre « l’audace de la Chambre de Commerce qui, dès 2010 s’est lancée dans ce projet volontariste et visionnaire. Son aboutissement conforte sur le territoire une école emblématique et rayonnante. » Une opération qui va permettre de plus d’augmenter l’attractivité et la capacité d’accueil de l’école et de déployer efficacement son plan stratégique. Cet investissement a par ailleurs généré d’importantes retombées pour l’économie locale, avec de nombreuses entreprises missionnées depuis la réalisation des études préalables aux finitions, en passant par le gros œuvre.

« Des conditions d’études alignées sur les meilleurs standards mondiaux »

« Nous sommes fiers d’offrir à nos actuels et futurs étudiants un lieu entièrement repensé pour garantir des conditions d’études alignées sur les meilleurs standards mondiaux. Fiers d’offrir au territoire Aix-Marseille-Provence un outil d’attractivité digne d’une grande métropole euro-méditerranéenne. Mais cet équipement est avant tout au service de notre jeunesse. Au service de la formation des futurs acteurs de l’économie de demain. Il en va de notre responsabilité en tant que Chambre de Commerce et d’Industrie métropolitaine Aix-Marseille-Provence, d’investir pour la jeunesse, d’investir sur la jeunesse et sur les futurs talents. Les jeunes formés ici sont ceux qui participeront à créer de la valeur, à incarner les métiers de demain, à apporter à nos entreprises les compétences dont elles ont besoin pour innover, pour se développer, pour être plus performantes, pour prendre des longueurs d’avance à la conquête de nouveaux marchés. Je suis convaincu qu’un territoire qui investit pour sa jeunesse et qui lui permet de monter en compétence est un territoire qui gagne », explique Jean-Luc Chauvin, Président de la CCI métropolitaine Aix-Marseille-Provence.

« Accroître son rayonnement international »

« Ce projet d’extension et de rénovation est à l’image de la volonté de Kedge de créer de l’impact, le révéler et développer le potentiel de ses étudiants en les mettant au centre de tout. Il a été pensé pour s’intégrer parfaitement dans le campus de Luminy et ainsi s’ouvrir sur son territoire en plaçant l’école au cœur de l’écosystème. Kedge entend bien prouver ici son attachement à la Région Sud comme un acteur du développement économique, de l’emploi et de l’égalité des chances tout en créant de nouveaux partenariats avec les institutions locales. L’école ambitionne aussi d’accroître son rayonnement international en attirant un nombre croissant d’étudiants étrangers et de professeurs grâce à une pédagogie innovante et des espaces de travail modernes, modulables et connectés pour permettre une pédagogie comodale, c’est à dire que chaque étudiant peut choisir, à chaque séance, s’il assistera au cours en présence ou à distance de façon synchrone ou s’il suivra le cours à distance de façon asynchrone », explique Alexandre de Navailles, Directeur Général de Kedge.

« Une école originale, durable et inclusive »

Alexandre de Navailles précise encore : « le bâtiment, doté d’une symbolique forte, positionne l’entrepreneuriat au centre de la pédagogie et s’articule dans les étages comme reflet du parcours de l’étudiant dans sa scolarité. a l’image de Kedge qui est une école originale, durable et inclusive, le nouveau bâtiment s’insère parfaitement dans l’environnement tout en se démarquant par sa qualité et son accessibilité. cette rénovation reflète notre ambition de devenir l’école de référence de celles et ceux qui apprennent et réussissent en faisant ».


Entretien avec Jean-Luc Chauvin

Le président de la CCIAMP évoque l’importance d’investir pour la jeunesse, signale que cette extension « permettra d’augmenter le nombre des ambassadeurs de notre territoire, notre savoir faire puisqu’on envisage d’avoir plus de 2 000 étudiants supplémentaires d’ici 2025 ». Précise qu’« ici, on va faire de la formation initiale pour répondre aux besoins des entreprises d’aujourd’hui mais aussi de demain, puisque on est déjà dans le futur. On va aussi, permettre à nos collaborateurs, actuellement en entreprise, de pouvoir continuer à se former pour obtenir les meilleurs standards, les meilleurs réflexes... » Jean-Luc Chauvin souligne encore : « L’École est inclusive, cela fait partie de sa vocation. elle a lancé une promotion -qui était une première pour notre école et qui va être ensuite dupliquée sur l’école de Bordeaux et plus tard sur le campus de Paris- où l’on accueille des jeunes des quartiers prioritaires de la Ville. On prend en charge l’intégralité des coûts d’inscription dans nos formations, de leur tutorat d’entreprise pendant 3 années, ainsi qu’une bourse qui leur permet de pouvoir étudier. C’est une façon de donner une chance à tous les habitants de ce territoire de pourvoir bénéficier du meilleur campus.... ».


Entretien avec Alexandre de Naveilles

Alexandre de Naveilles insiste sur l’importance de cette extension : « L’École a besoin de s’agrandir pour pouvoir continuer à développer ses activités, que ce soit ses activités d’enseignement, de recherche mais aussi d’accueil des entreprises, de l’entreprenariat, des start-up et de l’incubation des start-up. L’École n’est pas simplement marseillaise, elle se développe extrêmement vite, en particulier avec l’accueil des clients étrangers. On agrandit le campus, pour pouvoir y accueillir 20 salles de cours supplémentaires, des salles de travaux de groupe supplémentaires. On a largement agrandi notre incubateur de start-up et nous avons pu, aussi, réorganiser, rénover le campus historique pour y accueillir, encore une fois, plus d’étudiants. Les capacités augmentent, d’à peu près 1 100 places supplémentaires, cela veut dire, en cycle normal d’enseignement, 1 500 et 2 000 étudiants supplémentaires, à terme ».

Un centre de recherches sur les industries créatives

Il évoque le partenariat avec l’École des Beaux-Arts «  Nous avons, entre autres, chez Kedge, un centre de recherches sur les industries créatives, le management des industries créatives avec un Master spécialisé. » Il met ensuite en exergue le challenge open innovation dont le but est de mettre les étudiants aux commandes de missions de conseil pour de vraies problématiques d’entreprises. « Accompagnés par leurs coachs chaque groupe d’étudiants doit innover, ou "capturer la valeur" d’une invention et la porter sur son marché en utilisant les méthodes d’open innovation -mobiliser les sachants et les experts du monde entier pour valider les idées et hypothèses-. Ils mettent en pratique toute leur acquisition académique de l’année. C’est le moment de transformation d’un savoir en compétence. » Alexandre de Naveilles aborde la question du prix de la formation : « Il faut quand même dire que, finalement, le coût de l’étudiant pour l’établissement d’enseignement supérieur est à peu près le même entre une université et une école de management, on est entre 11 500 et 12 500 euros l’année, la différence avec l’université c’est que c’est l’État qui paye donc avec nos impôts. Dans le privé ce sont les familles, les étudiants, et souvent, les entreprises qui financent les études ».

Entretien avec Thierry Méchineau, architecte

Thierry Méchineau, de l’agence GPAA architecture parle de 7 ans de travail, parfois ardu avec une pente à 25% et l’importance de la préservation du paysage. Son bâtiment présente 3 niveaux totalement transverses et offre une vue sur le paysage et une voie de passage vers le site historique en hauteur de l’École. A l’intérieur, 20 salles de cours, un amphithéâtre couvert de 350 places et à l’extérieur, plus de 200 chênes verts plantés et moins de 100 pins conservés.
Thierry Méchineau insiste sur le fait que pour les personnes à mobilité réduite « tout a été étudié et, pour passer du point A au point B, à savoir 25 mètres, on a 2 ascenseurs, ce qui est déjà une prouesse et une seule rupture de charge pour passer du bas jusqu’en haut ». Au niveau énergétique, il parle de défi :« 3 000 m² de vitrage à Marseille, il faut réfléchir à 2 fois mais c’était le challenge pour dialoguer avec ce paysage. Après, on a posé des matériaux performants, des vitrages à contrôle solaire. On a prévu des protections extérieures pour limiter les surchauffes... Ensuite, concernant l’énergie, on a mis un système de pompe à chaleur, un système hybride qui nous permet de faire du chaud et du froid ». Il n’omet pas de signaler que de nombreuses entreprises locales ont contribué à la réalisation ce bâtiment.

Propos recueillis par Mireille BIANCIOTTO

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.