Recherche

Accueil > Aix Marseille > Politique > Marseille : Olivia Grégoire au chevet des petites entreprises de (...)

< >

Marseille : Olivia Grégoire au chevet des petites entreprises de l’Économie sociale et solidaire

mardi 2 mars 2021

Olivia Grégoire, secrétaire d’État à l’Économie Sociale et Solidaire est venue à Marseille afin d’inviter ce secteur à utiliser le Plan de relance et le Fonds d’urgence pour faire face à la crise de la Covid.

JPEG - 151 ko
Olivia Grégoire, secrétaire d’État à l’Économie Sociale et Solidaire (Photo Mireille Bianciotto)

Olivia Grégoire, secrétaire d’État à l’Économie Sociale et Solidaire, était à Marseille, en ce début de mois de Février, pour inviter les associations de ce secteur confrontées aux impacts de la Covid : « Adressez-vous au Fonds d’urgence, de 30 millions d’euros qui, très simplement, en 15 jours, permet d’obtenir jusqu’à 5 000 euros pour 1 à 3 salariés et 8 000 euros pour 4 à 10 salariés ». Indique ALORS qu’il faut se connecter sur urgence-ESS.fr. « En 15 jours, vous avez une réponse et, dans les 2 jours qui suivent les fonds sont versés, si vous êtes éligibles », précise la ministre qui affirme que l’État fait tout pour aider ces petites structures, associations pour la plupart, dont « 30 000 sont menacées de mort ». Elle dévoile avoir choisi Marseille car, la Région Sud est dans le top 3 des régions françaises pour l’ESS, un secteur qui représente 14% des salariés. Olivia Grégoire considère que « ce fonds peut aider jusqu’à 10 000 structures. Et s’il faut plus, on mettra plus au service des acteurs de l’Économie sociale et solidaire », insiste-t-elle.

« 1,3 milliard d’euros sont à disposition des acteurs de l’Économie sociale et solidaire »

En ce qui concerne le Plan de relance, Olivia Grégoire parle d’un montant de 1,3 milliard d’euros « qui sont à la disposition des acteurs de l’économie sociale et solidaire ». Ajoute qu’il existe aussi « un accompagnement très fort de la Banque des Territoires ». Évoque les 15 appels à projets qui ont été publiés ou le seront dans les deux prochains mois et qui permettront de soutenir le développement de l’ESS dans tous les territoires. Le premier a été lancé fin novembre par le ministre des Solidarités et de la Santé, pour soutenir les projets structurants des associations de lutte contre la pauvreté.

« Ces appels à projets, décrit la ministre, incarnent le soutien à la cohésion sociale et aux territoires, priorités du plan France Relance. Ils financeront des actions au service de l’hébergement d’urgence, du développement des tiers-lieux, de l’essor d’une alimentation durable, locale et solidaire ou encore des filières du réemploi et du recyclage. » Les structures de l’ESS évoluant dans les secteurs du sport, de la culture, du tourisme durable ou de l’industrie seront bénéficiaires. Enfin, l’emploi des jeunes dans le monde associatif sera soutenu dans le cadre du plan #1jeune1solution. « Il suffit d’aller sur Plan-de-relance.gouv.fr et vous tapez juste « Économie sociale et solidaire », l’ensemble des appels à projet arrive », indique-t-elle.

« Plus d’argent pour aider les structures à répondre aux appels à projet du Plan de relance »

Elle ne cache pas avoir entendu certains acteurs de cette économie parler d’un problème d’accompagnement. « Quand on est une structure de l’économie sociale et solidaire, qu’on est tourné vers les autres mais que l’on a ses propres difficultés, depuis des mois, il est ardu d’avoir les ressources nécessaires, les bras, les compétences pour pouvoir répondre en temps et en heure à ces appels à projet. C’est pour cela que j’ai aussi voulu renforcer les dispositifs d’accompagnement, bien connus des acteurs locaux, régionaux, départementaux mais aussi de la municipalité, une municipalité engagée sur le sujet de l’économie sociale et solidaire. L’idée c’est qu’il y ait plus d’argent pour aider les structures à répondre aux appels à projet du Plan de relance ».

Olivia Grégoire souligne travailler « quotidiennement avec l’ensemble des Cress, les Chambres de l’Économie Sociale et Solidaire ». Elle Rend hommage à celle de Provence-Alpes-Côte d’Azur « assez exemplaire, elle met en place des dispositifs, en plus, de ceux qui sont mis en place par le gouvernement ». Enfin, la ministre rappelle le 0806 000 245 numéro à destination des entreprises et aussi pour celles de l’ Économie Sociale et Solidaire.

Propos recueillis par Mireille BIANCIOTTO

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.