Recherche

Accueil > Aix Marseille > Société > Marseille-Provence : Ça plane pour l’aéroport ...

< >

Marseille-Provence : Ça plane pour l’aéroport ...

mercredi 20 janvier 2016

JPEG - 120 ko
(Photo Philippe Maillé)
JPEG - 75.7 ko
Jean-Paul Ourliac, président du Conseil de surveillance, l’AMP (Photo Philippe Maillé)

« Malgré une conjoncture difficile et des événements en 2015 qui ont eu des incidences sur le trafic aérien, l’aéroport a maintenu une croissance. Avec un trafic passagers en augmentation, l’objectif de 13 millions de passager en 2030 est conservé », avancera Jean-Paul Ourliac, président du Conseil de surveillance, l’Aéroport Marseille Provence (AMP), en ouverture de la conférence de presse annuelle. Soulignant notamment la part importante du low cost « qui sera marquée en 2016 par le 10e anniversaire de l’aérogare mp2 ». insistant sur toutes les mesures prises en direction de la qualité des services ; des conditions financières « qui soient parmi les meilleures » et les plans d’investissements élaborés « pour être plus compétitif ». Et, dans un souci d’une « amélioration de l’environnement », poursuit-il, AMP s’inscrit dans une recherche de la limitation de gaz à effet de serre en poursuivant « sa campagne de certification ».

« 2015 a été pour nous une année conforme à nos prévisions »

JPEG - 57.1 ko
Pierre Régis, président du Directoire de l’AMP (Photo Philippe Maillé)

Pierre Régis, président du Directoire de poursuivre : « 2015 a été pour nous une année conforme à nos prévisions ». Annonçant des résultats encourageants « malgré des sauts d’obstacles pas toujours prévus ». L’AMP a, en effet, enregistré un trafic passagers avec une croissance de 1% par rapport à 2015 portant le nombre de passagers à 8 260 000 « une belle performance compte tenue des difficultés liées à la disparition de la base opérationnelle d’Air France depuis 2 ans ». Donc, 1% de croissance qui a généré 130M€ de Chiffre d’affaires. Une légère hausse, 2% « compte tenu que nous sommes restreints dans nos augmentations tarifaires notamment sur le plan aéronautique ».
Et de se réjouir d’un endettement « qui est le plus faible des aéroports de France », 9M€ « ce qui est ridicule ». Déclarant : « On va arriver d’ici 2 ans à un endettement nul ce qui est une bonne chose compte tenu des investissements que nous allons réaliser dans le futur et qui vont nécessiter un appel à un autofinancement fort ». L’Excédent brut d’exploitation (EBE) a également augmenté de 1% .« Il est question de réussir à contraindre les charges d’exploitation pour arriver à ce résultat 38M€ d’excédent brut d’exploitation ». Le Chiffre d’affaires se répartit en 3 secteurs : aéronautique, 28% - extra aéronautique, 44% et la taxe d’aéroport 28%. Pierre Régis de conclure : « Un aéroport en bonne santé en 2015 qui confirme sa gestion très saine ».

En 2016 pour la première fois le trafic international représentera un peu plus de 60% du trafic total de l’aéroport

JPEG - 86.6 ko
Julien Boullay, directeur marketing et communication de l’AMP (Photo Philippe Maillé)

Julien Boullay, directeur marketing et communication AMP de souligner un élément notable : « Notre trafic est de plus en plus international 59% du trafic 2015 (+2,3%) alors qu’il était de 38% en 2003 ». Il précise encore : « Ces dernières années ce trafic a gagné un point par an et donc nous prévoyons qu’en 2016 pour la première fois le trafic international représentera un peu plus de 60% du trafic total de l’aéroport »
Faits marquant de 2015 l’arrivée de la compagnie Volotea,« la dernière née du low cost européen » avec 2 nouvelles lignes : Strasbourg et Venise ; « le renforcement » de easyJet avec le lancement d’une ligne depuis Manchester en juin dernier ; le retour d’Alitalia qui propose un vol quotidien sur Rome ; les augmentations des fréquences des vols de Turkish Airlines depuis juin 2015 avec 10 vols hebdomadaires. Et parmi les autres développements la présence d’Aegean avec une augmentation des fréquences sur Athènes, le lancement par Germanwings de Düsseldorf et des « augmentations du trafic des vols » de Tunisair et de El Al .

Julien Boullay de rappeler : « Nous avons subi comme les autres aéroports régionaux le repositionnement de Air France-Hop sur le réseau intérieur. Marseille ayant été plus impactée parce la compagnie avait ouvert d’avantage de destinations ». Ainsi, l’année 2015 « s’est traduite par la fermeture de 11 lignes internationales ». La croissance du trafic, hors groupe Air France-Hop sur 2015, est de 7,5%. Parle « d’un beau record battu en 2015 avec mp2 ». En effet, la barre symbolique des 2,2 millions de passagers a été dépassée en 2015 « moins de 10 ans après sa mise en service ». Une croissance à 2 chiffres, plus de 12% par rapport à 2014.

Aujourd’hui le trafic de mp2 représente 27 % du trafic total de l’aéroport. « Quelques compagnies dites low cost comme Vueling, Volotea, Germanwings opèrent depuis mp1 donc la part des marchés de low cost à AMP est de 29% en 2015 », avance Julien Boullay. Soulignant que la croissance du trafic passagers (35%) depuis 2006 est réalisée « avec un mouvement d’avions stable ». Les compagnies aériennes utilisant des avions de plus grande capacité. « En 2006, il y avait en moyenne à bord 68 passagers ; en 2015 cette moyenne est de 90 passagers. »

Londres caracole en tête et une arrivée fracassante de Rome

JPEG - 118.2 ko
(Photo Philippe Maillé)

En ce qui concerne le Top10 des destinations à l’international, c’est Londres qui « caracole en tête » (515 300) et l’on assiste à une « arrivée fracassante » de Rome qui est passée de la 12e position à la 4e. « Notamment grâce à la mise en place consécutive de nouveaux vols par les compagnies easyJet, Vueling et Alitalia », justifie-t-il. Par ailleurs, Air France continue d’être la 1ère compagnie avec une part de marché qui approche les 32% « mais observe un repli de trafic entre 2014 et 2015 à 2 chiffres, consécutif aux fermetures de lignes ». La plupart des compagnie aériennes ont vu leur trafic progresser notamment easyJet qui est passée de la 9e position en 2014 à la 6e position avec une progression de 51% en 2015.

PNG - 881.5 ko
Reconfiguration de la voirie d’accès et le parvis pour le rendre aux piétons
JPEG - 142.4 ko
Les travaux en cours à l’aéroport (Photo Philippe Maillé)
JPEG - 81.5 ko
une nouvelle jetée côté piste

Au niveau des investissements, après une amorce en 2014 avec l’extension de mp2, inaugurée le 19 novembre, pour une enveloppe de 4,9M€ et à celle des aires de fret avion pour 4,3 M€, la gouvernance de la nouvelle société anonyme aéroportuaire depuis juin 2014, entend intervenir sur l’aérogare principale qui, depuis 2015 s’est doté d’un nouveau nom mp1. Ainsi à la suite de travaux à hauteur de 6 M€ pour le tri bagage et le sol du hall 1, l’aéroport s’engage dans une stratégie de travaux sur dix ans.
« Nous préparons l’un des plus grands plans d’investissement de notre histoire », avait dévoilé Pierre Régis en 2015. Un investissement de 14,5M€ est prévu pour une première phase de travaux (2015-2017) qui va reconfigurer les accès, voiries et le parvis qui fera la part belle aux piétons. La seconde phase (2020-2025) concernera la construction d’un cœur d’aérogare mp1 entre le hall 1 et 4 « afin d’améliorer l’accueil » et une nouvelle jetée côté piste « pour permettre d’étendre la capacité d’accueils d’avions notamment des gros porteurs. » En parallèle de ces chantiers structurants, l’AMP lancera en 2016 une plateforme collaborative. « Une grande consultation auprès des Provençaux afin qu’ils nous donnent leurs idées.Les meilleures seront retenues pour que l’aéroport AMP devienne celui de tous ces clients »

Plus de 130 lignes régulières à l’été 2016

2016 va voir l’arrivée de 13 nouvelles lignes régulières à compter d’avril et le renforcement de l’offre en sièges sur les principaux Hub européens. Volotea a lancé une destination en France, Rennes et poursuit, Prague, Naples, Dubrovnik, Faro. La croissance d’easyJet passe par le lancement de la première ligne transversale au départ de Marseille d’un vol quotidien sur Bordeaux à partir du 28 mars et de 2 nouvelles lignes internationales : Amsterdam en mai et Glasgow en juin ; ASL Airlaines va lancer des vols sur Hambourg, 2 vols par semaine les lundis et vendredis à compter du mois de mai et « va générer un nombre important de touristes allemands » ; Vueling va ouvrir une 4e destination après Barcelone Rome et Palma qui sera Malaga à compter d’avril ; Aegean compagnie grecque « qui monte » va ouvrir une 3e destination avec Rhodes. In fine plus de 130 lignes régulières sont attendues à l’été 2016.
Julien Boullay considère qu’avec ces développements « un nouveau record pourra être dépassé en 2016 avec 8 400 000 passagers ». Il met en exergue le projet de développer des vols importants en provenance d’Asie, des vols charters . « Nous sommes le seul aéroport de province à avoir des vols directs depuis l’Asie. Avec Séoul (Corée), on a commencé avec 3 vols, 4 vols en 2015 et cette années c’est 8 vols ». Et AMP entend reproduire ce trafic avec la Chine.

« Dépasser les 55 000 tonnes de fret express à fin 2016 »

Au niveau du fret l’activité s’est soldée par le maintien des volumes fret express. Le fret traditionnel est en recul de 11,6% « principalement lié à un nombre de vols cargo charter en diminution en 2015 ». Et au global une baisse de 2,1% en 2015.
En revanche, « les perspectives pour 2016 sont excellentes, se réjouit Julien Boulay, « nous allons battre un nouveau record trafic fret avec une progression attendue de l’ordre de 4%. Elle sera consécutive principalement au fort développement de DHL ». En effet, l’entreprise a doublé ses surfaces du fret à Marseille. « Cela va permettre d’augmenter le flux de colis traités ». Et DHL a ouvert une nouvelle ligne Marseille- Alger depuis le 18 janvier. Et un Marseille-Rennes qui va doubler la capacité de Chronopost « avec des avions de plus grande capacité ». « Ce qui nous amène à faire ces prévisions qui vont dépasser les 55 000 tonnes de fret express à fin 2016. »

L’AMP s’inscrit dans l’amélioration de l’environnement

La COP21 semble avoir porté ses fruits puisque l’AMP s’inscrit dans l’amélioration de l’environnement avec : une réduction de gaz à effet de serre. Au niveau 1 depuis 2014, l’AMP souhaite, cette année, être certifié niveau 2. « Et parvenir en 2018 au niveau 3. Cette démarche, nous allons l’étendre à l’ensemble des entreprises sur le site », indique Pierre Régis ; dans la même veine, il est annoncé une réduction de la nuisance sonore ; une amélioration de la qualité de l’eau ; la valorisation les déchets produits sur la plateforme ; la préservation de la ressource en eau. « Chaque année 170 000 m3 d’eau sont utilisés ce qui représentent la consommation annuelle de 3 000 Français. Nous avons réduit, entre 2010 et 2015, la consommation d’eau potable de presque 8% ». Le traitement des eaux pluviales « 6M€ ont été investis entre 2013 et 2015 pour nous équiper de nouvelles stations de traitements des eaux pluviales. Un nouveau chantier va démarrer jusqu’en 2019 pour équiper la zone fret. » Des efforts sont avancés sur la consommation d’électricité.« AMP, c’est 37 000 mégawatts par an ce qui correspond à 40 minutes de la consommation de la France. L’objectif est de la réduire de 3% chaque année jusqu’en 2020 ». Un partenariat a été signé avec EDF spécifiant que 20% de l’énergie consommée est issue de l’énergie renouvelable : éolien, photovoltaïque... Et enfin, la protection de la nature est prise en compte « lors de toute construction afin de maintenir la biodiversité sur la plateforme ».

La nouvelle gare routière de 12 quais sera livrée en 2017

PNG - 869.7 ko
une nouvelle gare routière de 12 quais sera livrée en 2017

Fierté de l’AMP, les transports en commun. « Nous sommes persuadés que le tout voitures c’est fini aujourd’hui nous avons 15% de nos passagers qui viennent à l’aéroport en transports en commun et qui empruntent l’un des 200 bus et 65 trains qui viennent. En 2025, on estime que ce sera 25%. Nous souhaitons maintenir notre positions de 1er aéroport de région par le nombre de villes reliés en transports collectifs en direct », explique Pierre Régis. L’occasion de mettre en lumière la nouvelle gare routière de 12 quais qui sera livrée en 2017 ainsi qu’une boucle de transports en commun en site propre, mutualisée avec Airbus Helicopters et la gare de Vitrolles-AMP.
Patricia MAILLE-CAIRE

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.