Recherche

Accueil > Méditerranée > Nice / Côte d’Azur > Nice candidate au titre de capitale européenne de la culture (...)

>

Nice candidate au titre de capitale européenne de la culture 2028

vendredi 13 janvier 2023

« Nice est, par nature, par destination et par dessein, européenne, du fait de son histoire et de sa géographie. La ville s’est forgée, au fil des siècles, une identité ouverte sur le monde », déclare Christian Estrosi, maire de Nice, président de la métropole Nice Côte d’Azur à propos de la candidature de Nice au titre de capitale européenne de la culture 2028

Faire de ce territoire une société culturelle

Pour Christian Estrosi le passé riche et cosmopolite de Nice couplé au positionnement de ville frontalière, à la fois méditerranéenne et alpine, « lui confèrent une place singulière en Europe ». Une candidature, insiste-t-il : « Qui va bien au-delà des frontières de son territoire, de la métropole et même au-delà des frontières nationales, un point fort de cette candidature ». En effet, sont associés à la candidature métropolitaine, la communauté des communes de la Riviera française (Carf), les villes italiennes de Cuneo (Piémont), de San Remo et de Vintimille (Ligurie). « Conscients de leur patrimoine naturel à sauvegarder et de leur culture résolument tournée vers l’Europe, ces territoires, reliés par des défis communs et rassemblés derrière la candidature de "Nice2028", peuvent transcender leurs frontières et inventer, ensemble, une nouvelle relation alors qu’émergent de nouvelles formes de création et de nouveaux modes de consommation de l’offre culturelle, moins individualistes, plus responsables, plus respectueux des enjeux que nous imposent les grands défis de notre temps, notamment celui lié au bouleversement climatique », explique le maire de Nice.

La programmation artistique et culturelle de "Nice2028" « reflètera l’identité et l’ambition de faire de ce territoire une société culturelle qui, s’appuyant sur son héritage et ses valeurs, fait le pari de la jeunesse, de l’innovation, du numérique et de l’avenir, à l’échelle européenne, pour relever les grands défis du monde contemporain et particulièrement celui de l’adaptation au changement climatique » ajoute Christian Estrosi.

Pour Jean-Jacques Aillagon, ancien ministre, président de la candidature Nice2028 : « Une Capitale européenne de la culture se doit d’être, pour les habitants d’un territoire et pour tous ceux qui y viennent spécialement, une année pleine, de festivités artistiques et de grands événements culturels. Elle doit également permettre à ce territoire de préciser la vision qu’il a de sa personnalité culturelle au sein de l’Europe et des défis auxquels il est confronté et lui offrir la possibilité de mieux affirmer, pour l’avenir, les perspectives et priorités de son développement dans
tous les domaines
 ». Alors, s’il rappelle que l’Unesco a inscrit Nice, en 2021, sur sa liste du patrimoine mondial au titre de "la ville de la villégiature d’hiver de Riviera" », évoque un tissu culture dense, c’est pour mieux alerter : « Il y aurait donc une sorte de facilité à s’appuyer sur tant d’atouts naturels et culturels pour déployer une candidature qui ferait spontanément le choix de "La joie de vivre " ou de "Luxe, calme et volupté" pour reprendre le titre de deux œuvres majeures d’Henri Matisse ». Jean-Jacques Aillagon rappelle que cette ville et le territoire qui l’entoure « ont également été confrontés, au cours des derniers temps, à plusieurs des menaces qui pèsent sur le monde contemporain : urgence climatique, terrorisme... ».

« Connecter l’inattendu »

C’est pour ces raisons que s’agissant d’arrêter pour sa candidature une thématique, Nice fait un choix inattendu en proposant « de faire de la prise de conscience des enjeux liés au bouleversement climatique, et par ricochet, le questionnement par ces enjeux des nouvelles pratiques culturelles, l’axe structurant de son projet pour 2028 ». Jean-Jacques Aillagon signifie donc : « La candidature de Nice vise à démontrer qu’un futur plus durable et soutenable est possible et que ce futur passe aussi par l’affirmation de choix culturels pertinents et même, dans certains cas, par une révolution dans la manière de créer, de promouvoir, de partager et d’héberger la culture ».
Michel CAIRE

Les 3 axes de la candidature

Déclinant le thème « Connecter l’inattendu », la candidature de Nice à la Capitale européenne de la Culture 2028 se place sous le signe du lien et de la coopération, des nouvelles pratiques culturelles, de la création et de l’écoresponsabilité. Elle se fonde sur trois principes :

L’innovation artistique
La candidature embrasse le champ de toutes les disciplines : celles du spectacle, des musiques, des arts plastiques, du patrimoine mais aussi de l’artisanat et des cuisine. Ville festive et reconnue mondialement pour son Carnaval, qui célèbre en 2023 ses 150 ans, Nice portera une candidature dynamique. Le choix de l’innovation artistique, est celui de l’encouragement à la création contemporaine et aux nouvelles pratiques, grâce au soutien aux artistes et à une politique de construction ou de rénovation d’équipements culturels qui combinent accessibilité à tous les publics, action écologique et attractivité économique.

le choix de la solidarité
Le deuxième axe réside dans le choix de la solidarité. La candidature associe des territoires aux topographies différentes qui vont mutuellement s’enrichir : agglomérations du bord de mer densément habitées et accueillant des flux de visiteurs massifs et communes des moyen et haut pays à la biodiversité exceptionnelle.

Le choix de la sobriété
La sobriété est le troisième axe, avec un refus des porteurs de la candidature de tout ce qui, dans un événement culturel, peut être associé à la seule débauche de moyens techniques et à l’excès sans borne de la consommation d’énergies non renouvelables. Le choix de la frugalité, c’est le choix de l’économie de moyens, le pari du recyclage et de rassembler tous les publics tout en préservant les ressources naturelles.

L’objectif de la candidature de Nice est de confier aux artistes et créateurs de tous horizons la construction d’un modèle de société plus respectueux du vivant, plus responsable, et recréant des valeurs partagées. Christian Estrosi conclut : « Nice2028 s’appuiera sur ce qui constitue la plus grande force de l’humain face au changement et à l’inconnu : les arts, les sciences et la culture ».

Nice en quelques chiffres

- 5e ville de France (350 000 habitants / 550 000 habitants pour la Métropole).
- 1e destination touristique de France après Paris.
- 11 millions de visiteurs en 2021.
- 40% des flux touristiques de la Côte d’Azur, avec près de 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires.
- 2e aéroport international après les plateformes parisiennes avec près de 6,5 millions de passagers en 2021.
- 1e ville de congrès de France après Paris.
- 200 établissements hôteliers et 35 000 chambres.
- 1e concentration de musées municipaux après Paris.
- 1e ville de France titulaire d’une AOC viticole sur sa commune
- 300 hectares d’espaces verts.
- 300 jours d’ensoleillement.
- 10 kilomètres de littoral dont 7,5 de plages.
- 178 parcs et jardin

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.