Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Musique / Opéra > On a vu à La Roque d’Anthéron Matsuev et Goerner deux pianistes (...)

< >

On a vu à La Roque d’Anthéron Matsuev et Goerner deux pianistes d’exception

mercredi 3 août 2016

JPEG - 81.7 ko
La Roque d’Anthéron a accueilli deux pianistes d’exception Nelson Goerner et Denis Matsuev (Photos Maud Delaflotte)

On ne peut être que sous le charme d’un tel talent que celui du pianiste russe Denis Matsuev et le public ne s’y est pas trompé. Il faut dire qu’il a multiplié les prouesses. Innovant apportant un supplément d’âme à son interprétation qu’il s’agisse du « Kreisleriana » de Schumann ou encore ses « Scènes d’enfants ». Sans oublier un rappel étonnant consacré à un morceau de Duke Ellington qu’il a arrangé et adapté. Le nectar inscrit à cette soirée a concerné les Études-Tableaux, Préludes et Sonate n° 2 de Rachmaninov. Déluge de notes, Matsuev vibre de par l’essence même des œuvres de Rachmaninov. Tout paraît simple sous ses doigts, évident, acquis.
Changement de style, le soir suivant avec le récital de Nelson Goerner. Approches différentes des partitions mais même niveau de jeu. De son Bach à ses morceaux de Chopin en passant par un Schumann d’anthologie, nous avons touché au sublime. Bien sûr la technique joua son rôle de catalyseur d’énergie mais, l’essentiel était dans la poésie qui se dégageait de chaque note. Avec, tout au long du concert, le sentiment pour l’auditeur de goûter à toutes les nuances. On l’aura compris Nelson Goerner, artiste analytique autant que sensitif, s’est rendu disponible pour laisser le public entreprendre un voyage intérieur contemplatif.
Jean-Rémi BARLAND

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.