Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Musique / Opéra > On a vu à La Roque : une fabuleuse nuit du piano autour du quatuor (...)

< >

On a vu à La Roque : une fabuleuse nuit du piano autour du quatuor Modigliani

mardi 28 juillet 2015

JPEG - 116.5 ko
Le Quatuor Modigliani avec Haochen Zhang au piano (Photo C. Gremiot)
JPEG - 116.1 ko
Le Quatuor Modigliani avec Jean-Christophe Neuburger au piano (Photo C. Gremiot)

Double programme, ce lundi soir, à la Roque et, double plaisir. Pour cette Nuit du piano le Quatuor Modigliani a mis ses habits de fête. Entendez par là, le groupe a joué de manière exceptionnelle façon champagne et grand smoking musical. Avec pour les suivre dans cette aventure deux pianistes, au talent sûr et complémentaire, et pourtant totalement différents. Haochen Zhang, tout d’abord. Né à Shanghai ce surdoué du clavier possède une manière onirique d’aborder les œuvres. Ainsi seul au piano, il donna en préambule à son association avec les Modigliani la Sonate n°1 de Janàcek et les Kreisleriana opus 16 de Schumann. Si l’on doit reconnaître un certain manque de charisme dans Janàcek, force est de constater une maturité certaine dans Schumann. Dans la première partie de l’œuvre tout au moins, le jeu du pianiste se délitant sur les trois derniers mouvements perdant ainsi un peu le public. Mais ces imperfections seront balayées avec le Quintette pour piano et cordes en mi bémol majeur opus 44 de Schumann. Une entente parfaite, des cordes au sommet et un touché pianistique émouvant tout autant qu’efficace. Ce Schumann-là avait de l’allure, du panache, de l’ampleur. Nuit du piano au sommet avec en deuxième partie Jean-Frédéric Neuburger qui, au clavier s’est fondu dans le Quintette pour piano, deux violons, alto et violoncelle en fa mineur de César Frank avec toute l’autorité qu’on lui connait. Son entente avec les Modigliani est bien connue et c’est avec eux qu’il a enregistré plusieurs disques dont le Quintette pour cordes et piano, op. 34 de Brahms qui possède un scherzo d’anthologie. Scherzo donné en rappel à des festivaliers de La Roque comblés. Les Modigliani ayant interprété avant césar Franck, le Quatuor à cordes n°22, opus 96 dit « Américain » de Dvorák. Là encore nous n’étions pas loin de la perfection, le Quatuor alliant virtuosité et onirisme. Une splendide soirée !
Jean-Rémi BARLAND

Messages

  • Merveilleuse soirée en effet, avec un répertoire grandiose donnant les sommets de la musique de chambre avec piano. Superbe première partie avec ce jeune pianiste qui chantait si bien Schumann dans les Kreisleriana puis le Quintette. Une soirée merveilleuse, exceptionnelle grâce aux artistes présents qui servaient si bien ce grand répertoire, mais hélas honteusement gâchée par les milliards de cigales particulièrement en forme ce soir-là, qui obligeaient à une concentration énorme. Quel dommage ! On avait pourtant envie de se laisser emmener là-haut, chez Schumann et César Franck avec ces jeunes musiciens si brillants mais on était attachés là, derrière cet écran opaque à nos oreilles, ce fil qui nous attachait sur ces sièges trop haut perchés pour n’être pas perturbés par ces vils insectes.
    Du coup, on rêvait d’entendre et voir tout cela ailleurs, dans un lieu plus intime, comme cette musique le demande… hors du gigantisme du XXIème siècle qui veut du nombre.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.