Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Musique / Opéra > On a vu aux Chorégies d’Orange : « Nabucco » en petite forme dans le vent et le (...)

< >

On a vu aux Chorégies d’Orange : « Nabucco » en petite forme dans le vent et le froid

jeudi 10 juillet 2014

JPEG - 186.6 ko
La totalité de la distribution réunie sur le plateau pour un « tutti ». De g. à dr. : Marie-Adeline Henry, Dmitry Beloselskiy, Piero Pretti, Karine Deshayes, George Gagnidze, Martina Serafin, Nicolas Courjal et Luca Lombardo (Photo Chris Picart)

Les intempéries ont contrarié la mise en place de cette nouvelle production de l’opéra de Verdi, « Nabucco », au théâtre antique d’Orange. Pluie, vent violent et froid pendant les répétitions et une générale qui s’est tenue la veille de la première. S’il ne pleuvait pas, mercredi soir, le mistral soufflait et la température était bien au-dessous des 20° ! Il valait mieux avoir une polaire sur les épaules qu’un costume en lin… Ce qui n’a pas empêché le théâtre de faire le plein, l’heure des trois coups arrivée.
Puisqu’il est question de costume, taillons-en un sur mesure pour Jean-Paul Scarpitta qui signe une « non-mise en scène » étonnante, proche de l’encéphalogramme plat, soit une succession d’entrées et de sorties à cour et jardin et des déplacements de masses qui n’ont rien de très original. Les costumes sont assez laids, du moins c’est notre avis et les projections sur le mur sont, elles aussi, sans intérêt. C’est dit ! Et à ceux qui nous rétorqueront que le lieu est particulier, qu’il y a beaucoup d’artistes sur le plateau, et cætera, et cætera, nous conseillerons de jeter un regard en arrière sur le travail réalisé ici par des Charles Roubaud, Nicolas Joël et autres qui ont surmonté les mêmes contraintes pour des productions qui font date dans l’histoire des Chorégies.
Vocalement et musicalement, il y a du bon et du moyen. Petite déception, en effet, avec le « Nabucco » de George Gagnidze ; s’il en impose physiquement, il manque un tantinet de puissance et de projection.
Dommage car la voix est bien en place. Il est un peu comme un vin qui promettrait beaucoup au nez et qui décevrait le dégustateur une fois en bouche. C’était une première, pour lui, au pied du mur. Gageons qu’il aura apprivoisé les conditions si particulières du chant dans ce lieu à nul autre pareil et que, la douceur estivale revenue, il donnera sa pleine mesure pour la deuxième représentation.
A ses côtés, Martina Serafin, qui elle aussi découvrait le théâtre antique, fut une bonne Abigaïlle. Passés deux ou trois petits moments de faiblesse, elle s’est imposée livrant un chant tout de puissance. C’est le rôle le plus exposé de l’ouvrage et elle l’a bien assuré. Karine Deshayes, elle, incarnait Fenena. Un rôle discret, presque effacé, qui ne favorise pas les grandes envolées lyriques. La voix est précise, souple, mais manque elle aussi d’un peu de projection. Totale satisfaction, en revanche, chez les femmes, avec Marie-Adeline Henry qui incarne Anna. Certes sa partie n’a rien à voir avec celle d’Abigaïlle, mais la jeune femme impose sa voix, notamment dans les ensembles où nous arrivions à distinguer ses aigus lumineux et puissants. Superbe.
Chez les hommes, Dmitry Beloselskiy prête ses traits à Zaccaria. Dans un registre qui relève plus du baryton basse que de la basse profonde la voix passe la fosse sans problème. Le chant est beau ; on regrettera seulement une légère carence dans les graves. Pour nous, la révélation de ce casting masculin est le ténor Piero Pretti, superbe voix pour Ismaele. Le chant est précis, puissant et ne manque pas de nuances. Une belle prestation. Nicolas Courjal et Luca Lombardo, respectivement le grand prêtre et Abdallo s’acquittent bien de leur tâche respective.
L’imposant chœur composé de voix venues d’Avignon, Montpellier, Nice et Toulon est bien en place. Et le tube que 8 000 paires d’oreilles attendait, ce « Va, Pensiero » à nul autre pareil, fut donné de fort belle façon, avec des nuances remarquables de beauté. Une qualité d’interprétation qui doit beaucoup à la direction musicale de Pinchas Steinberg. Défiant les rafales du mistral, le maestro a conduit ses troupes sur le chemin du succès musical. Les voix sur le plateau, mais aussi les instrumentistes de l’excellent Orchestre national de Montpellier qui a fait valoir ses couleurs et son brillant sous la baguette de celui qui est l’un des chefs les plus apprécié des musiciens. Et ne serait-ce que pour cette direction lumineuse, même dans la froidure d’un été en forme d’automne, ce« Nabucco » vaut le déplacement.
Michel EGEA

Pratique
Autre représentation, samedi 12 juillet à 21 h 45.
Réservations : 04 90 34 24 24. Choregies
Prochain spectacle : Carmina Burana de Carl Orff dirigé par Michel Plasson, le 17 juillet à 21 h 45.

Messages

  • J’ai personnellement trouvé que les mouvements de foule, les couleurs des costumes et les éclairages très originaux du mur donnaient une nouvelle approche plutôt réussie de ce lieux "magique". D’accord sur la critique musicale sauf pour « Va, Pensiero », où j’ai été déçu par un début peu audible (je compare à l’interprétation musclée de Riccardo Muti). Ceci dit, le chœur a été exceptionnel dans les autres morceaux et la chef de chœur a été applaudie à juste titre. D’accord pour la remarquable direction musicale et pour faire ressortir l’Abigaïlle de Martina Serafin et la très discrète Anna de Marie-Adeline Henry.

  • oui les voix sont belles mais une mise en scene nulle, plate, des costumes sans interet, les projections sur le mur hideuses, plusieurs personnes sezont demndees si c etait un pro qui a fait les eclairages. Les eclairagez c est du bob wilson au rabais, une pale copie......bref aucune creativite.....

  • et n’étant pas un spécialiste du genre , je trouve que tout de même cette "équipe" s’en est fort bien sorti et j’ai senti plusieurs fois la chair de poule sous le polaire ... Bravo à tous ces artistes et aux organisateurs pour le bonheur qu’ils donnent ... Merci.

  • Entièrement de l’avis de Monsieur EGEA - très déçue par les voix sans relief, qui se juxtaposent et jamais ne chantent ensemble - déçue par la non mise en scène - aucune émotion. Mais heureusement une direction musicale qui a fait de cette soirée une belle soirée

  • très déçut ! une mise en scène spectaculairement ratée ! vu le prix des places je ne comprends pas une telle hécatombe. Ayant vu les "anciens" Nabucco des Chorégies je suis extrêment surpris de ce metteur en scène qui apporte à l’ouvrage
    aucune originalité, aucun raffinement... j’ai eu vraiment l’impression d’assister à un récital lyrique. Les costumes ne sont pas extraordinaire, les gardes en caleçon... rien ne sublime l’ouvrage de Verdi.

    Cependant, côté voix c’était assez extraordinaire, je trouve la Abigaïlle de Martina Serafin magnifique (il ne faut pas oublier la complexité vocale de ce rôle avec un ambitus tellement large). le « Nabucco » de George Gagnidze est pour moi un peu faible vocalement comparé à ses collègues.

    Enfin, pour moi l’orchestre était décevant avec des problèmes de justesses assez étonnant chez les bois et une mise en place aléatoire dans l’accompagnement des airs !
    Pour moi ce Nabucco ne valait pas le déplacement et encore moins le tarif des places !!

  • Venant depuis de nombreuses années aux Chorégies assister à un Opéra digne de ce nom : cette année, mes amis et moi avons été déçus, très déçus par ce "Nabucco". Nous avons pensé ne pas être à Orange ce soir-là.
    Je pense que l’année prochaine nous irons ailleurs assister à des opéras où l’on ne se moque pas des spectateurs.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.