Recherche

Accueil > Ailleurs > Politique > Présidentielle. Tribune du Mouvement Pluriel : ’La France doit (...)

< >

Présidentielle. Tribune du Mouvement Pluriel : ’La France doit tenir sa promesse d’égalité pour tous et d’émancipation pour chacun’

vendredi 22 avril 2022

Le mouvement Pluriel, collectif de citoyens, de personnalités de la société civile, d’élus engagés pour la mobilité sociale, la promotion de la diversité, la lutte contre les discriminations lance un appel aux acteurs de l’éducation populaire, des mouvements de solidarité, à voter pour le seul candidat républicain en lice dans ce second tour Emmanuel Macron.

JPEG - 143.6 ko
©Destimed

Que toutes celles et tous ceux qui sont attachés à ce combat républicain ne se trompent pas. Rien de cela ne sera possible avec Marine Le Pen. C’est pourquoi le mouvement Pluriel, collectif de citoyens, de personnalités de la société civile, d’élus engagés pour la mobilité sociale, la promotion de la diversité, la lutte contre les discriminations lance un appel aux acteurs de l’éducation populaire, des mouvements de solidarité . Le programme de l’extrême droite présente une incompatibilité radicale avec les principes que nous défendons et que nous défendrons ensemble dans le prochain quinquennat.

Son programme met en danger l’un des principes fondateurs de notre République, l’égalité, en prônant une discrimination fondée sur la nationalité.

Interrogée sur la première mesure qu’elle prendra si elle est élue, Marine Le Pen indique qu’elle soumettra par référendum un projet de loi constitutionnelle sur l’immigration et l’identité, qui modifiera au moins six articles de la Constitution et instaurera une discrimination légale assumée. Le mouvement Pluriel rappelle que cela ouvrirait la possibilité d’interdire un emploi privé, un logement, une aide sociale aux étrangers ; le droit d’asile sur le territoire français serait méticuleusement restreint et le droit du sol aboli, limitant l’acquisition de la nationalité française à la filiation (droit du sang). L’inscription de cette « priorité nationale » dans la Constitution dénaturerait profondément et définitivement les principes de la République et ses fondements humanistes.

Si Marine Le Pen a officiellement renoncé à la sortie de l’Union européenne, elle propose pourtant de renégocier les traités eux-mêmes et leurs textes d’application, recherchant des alliances suspectes avec les régimes illibéraux de Hongrie et de Pologne. Elle souhaite notamment réduire unilatéralement de 5 milliards d’euros par an la contribution française au budget de l’Union européenne. Les mesures qu’elle propose déclencheraient des procédures en manquement contre la France, avec un risque de lourdes sanctions financières et, plus grave encore, d’isolement politique et de déstabilisation de l’Union européenne, au moment où sa cohésion a fait ses preuves en matière de lutte contre les effets de la crise sanitaire et de réponse solidaire à la crise géopolitique due à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Derrière une image lissée, Marine Le Pen présente un programme fondamentalement d’extrême-droite à la fois démagogique et discriminatoire qu’il faut combattre. Son projet est nationaliste, xénophobe et anti-européen. Il compromet toute chance d’enrayer à temps le dérèglement climatique. Il est lourd de menaces pour la société française qui, déjà fragilisée, risquerait de verser dans la violence civile. Elle est favorable à l’interdiction du voile dans l’espace public portant une conception dévoyée de la laïcité en complète contradiction avec la loi de 1905, loi de séparation des Églises et de l’État, loi de concorde et d’équilibre à laquelle le mouvement Pluriel est profondément attaché.

Quelles que soient les différences, les jugements portés sur le bilan du quinquennat qui s’achève, notre combat commun est celui de la fraternité, de la justice, de l’égalité, de la mobilité sociale. Nous sommes divers et unis.

Pour espérer pouvoir gagner nos futurs combats communs, nous devons appeler ensemble à voter pour le seul candidat républicain en lice dans ce second tour Emmanuel Macron.

Co-signataires :

- Lynda Aba, Fonctionnaire à la Ville de Paris.
- Karim Amellal, Ambassadeur pour la Méditerranée et Fondateur de Pluriel.
- Mounir Balhamiti, Élu local à Nantes et ingénieur.
- Yanis Bacha.
- Kenza Balaouane, Cadre du secteur privé.
- Nabil Behloul, Executive MBA à l’ESCP Business School.
- Houda Bendib, Architecte DPLG.
- Rida Boultame, Juriste marchés publics.
- Mouloud Chebouki, Consultant.
- Laura Collin, Chargée de mission.
- Yann Delaunay, DG de France Volontaires.
- Malik Derouiche, Ingénieur et entrepreneur.
- Sylvanie Duval, Chef d’entreprise.
- Wasil Echchenna, Enseignant.
- Mehdi Gana, Cadre du secteur privé.
- Pierre Henry, Président de France Fraternités.
- Olga Johnson, Présidente d’Emancip.
- Amélia Lakrafi, Députée des Français établis en Afrique, au Moyen-Orient et dans l’Océan Indien.
- Lila Lokmane, Directrice générale d’Europa Dubbing West Africa.
- Douglas Mbiandou, President de 10.000 codeurs.
- Khadija Oufqir, Responsable recrutement.
- Zivka Park, Députée.
- Sarah Pellerin, Chargée de mission auprès de l’Ambassadrice pour la santé mondiale.
- Tramor Quemeneur, Historien.
- Pierre-Alain Raphan, Député LREM.
- Ileana Santos, Co-fondatrice d’un incubateur de politiques publique.s
- Ridha Tabib, Membre du comité départemental du Modem dans le Val d’Oise et du comité local LREM à Argenteuil.
- Djibril Tachefine, Consultant.
- Amina Zakhnouf, Responsable innovation.
- Philippe Zaouati, Dirigeant d’entreprise.

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.