Recherche

Accueil > Provence > Politique > Régionales. Renaud Muselier : bilan, programme et anti-RN...

< >

Régionales. Renaud Muselier : bilan, programme et anti-RN...

mercredi 2 juin 2021

Renaud Muselier candidat LR à sa succession à la tête de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a rappelé ses priorités : une région sans masque, apaisée, prospère et écologique avant de s’en prendre vivement au RN.

PNG - 734 ko
Renaud Muselier entouré de ses têtes de liste et candidats © L.M.P.

C’est un Renaud Muselier offensif, qui a tenu un meeting au Parc Chanot, à Marseille, avec l’ensemble de ses têtes de liste et dans le respect des gestes barrières. Le candidat LR a insisté sur son bilan, reconnu comme bon « par 65% de la population régionale », sur le programme qu’il entend poursuivre, insistant sur l’importance d’amplifier la décentralisation. Et il a réservé l’ensemble de ses coups au Rassemblement national dénonçant notamment « Philippe Vardon, l’identitaire membre d’un groupe amateur de saluts nazis, le membre d’Unité Radicale, le groupe qui a essayé d’assassiner Jacques Chirac ». Une liste où, selon lui : « On ne trouve que des recalés de la vie politique, des alimentaires, des cyniques et des opportunistes ! Pas un seul représentatif de quoi que ce soit, si ce n’est des rageurs, des revanchards, des recalés et des teigneux. (...) Je vais vous faire la synthèse : C’est le rassemblement des crânes rasés et des sous-doués ».

Christian Estrosi, le président délégué de la Région qui a quitté son poste de président de la région à la suite de l’attentat terroriste du 14 juillet 2016 à Nice, ajoute : « Nous nous présentons avec la force d’un bilan, un formidable candidat et la compétence de ces femmes et hommes, proches du terrain, qui forment la meilleure équipe rassemblée pour notre région. Déterminés à faire face à la démagogie et l’extrémisme du Rassemblement National ». Concernant la sécurité Renaud Muselier rappelle les actions conduites pour la sécurité dans les lycées, les trains, les gares... Il souligne avoir été celui qui a lancé une cagnotte en faveur des policiers et des gendarmes avant de réclamer à l’État : « Laissez la Région intervenir. Nous mettons 10 millions d’€ par an sur la table, mais le Préfet de Région nous a déferré au Tribunal administratif en 2017. Nous voulons contribuer mais encore faut-il qu’on en ait le droit  ». Christian Estrosi reprend : « Thierry Mariani annonce que chaque fois qu’une commune mettra un euro pour la sécurité la région fera de même... Le problème c’est que nous sommes dans la région où les communes font le plus d’efforts pour la sécurité. Elles versent pas moins de 1,2 milliard par an. Il s’engage donc à verser 1,2 milliard par an sur un budget de 2 milliards par an. C’est à dire que la région ne pourra plus payer ses fonctionnaires, le développement économique, la solidarité territoriale. Il n’y aura plus la moindre réserve pour la culture. Ces propos sur la sécurité sont une imposture ».

« Le Concours Lépine des idées liberticides »

PNG - 569.3 ko
Renaud Muselier est revenu sur son bilan et a décliné son programme © L.M.P.

Renaud Muselier met en exergue qu’en termes de bilan, « 100 millions d’euros ont été débloqués pour la sécurisation de nos lycées et de nos transports. Dans les lycées 1 510 Caméras, alarmes anti-intrusions, sas de sécurité ont été installés avec le soutien d’une garde régionale de 160 médiateurs. Dans les transports, les agents de police ferroviaire ont été multipliés par 4 passant ainsi de 25 à 105 agents, des portiques antifraudes ont été déployés ainsi que 1 000 caméras. Résultat, chute des incivilités et 10% de violences de moins ». Et, à ceux qui, dans les rangs de LR, critiquent la composition de sa liste à l’instar « de Guillaume Peltier », Renaud Muselier lance : « Je dis à ceux qui racontent n’importe quoi et jouent le Concours Lépine des idées liberticides que passer au Grand Jury, ce n’est pas les universités d’été du FNJ ».

« La crise nous a montré que nous pouvions prendre notre destin en main »

Au-delà de cette question de la sécurité, Renaud Muselier et Christian Estrosi mettent particulièrement en avant, lors de cette campagne, la nécessité de renforcer la décentralisation. Ainsi, Christian Estrosi d’avancer : « Lorsqu’il n’y a pas une collectivité suffisamment armée, l’État est nu. Nous voulons plus de décentralisation car nous, élus locaux, avons démontré que nous faisions mieux que les autres ». Renaud Muselier précisera à ce propos :« La crise nous a montré que nous pouvions prendre notre destin en main. Elle nous a montré qu’il était possible et préférable que les territoires décident pour eux-mêmes sur beaucoup plus de plans. Elle nous a montré que la centralisation excessive n’avait aucun sens, que le repli sur Paris au détriment du reste de la France était mortifère. Voilà pourquoi je veux me battre pour nos liberté ». Il revient alors sur la pandémie : « Nous sortons de 3 vagues de Covid, et finalement qu’a-t-on démontré ? Une capacité à aller chercher des masques, des tests, à soutenir les soignants, à faire des vaccinodromes et des vaccinobus, à construire des maisons de santé, développer la télémédecine, faire un plan cancer régional, aider les hôpitaux dans leur rénovation (...) Ces 15 derniers mois nous ont montré que les régions sont capables d’assurer la compétence santé. Je demande, pour ma région, que le futur président de région devienne aussi Président de l’ARS, sans indemnités ni moyens, mais simplement pour assurer le copilotage territorialisé de la santé ».

Une COP d’avance : 1ère région verte d’Europe, 1ère région neutre en carbone, 1ère région autonome en gestion des déchets

Renaud Muselier développe son programme. En matière de sécurité, il propose : « 20% de notre budget sera consacré à la sécurité avec notamment la construction de 1 500 places de prison supplémentaires, l’exécution de 500 Travaux d’Intérêt Général pour les délinquants ; la généralisation du "bouton d’alerte" pour les victimes de violences. » En ce qui concerne la COP d’avance, poursuit-il : « Nous devons la garder avec 3 objectifs très clairs : être la 1ère région verte d’Europe, être la 1ère région neutre en carbone, être la 1ère région autonome en gestion des déchets en 2030 ». Il annonce, pour y parvenir, de nouveaux moyens. « Une enveloppe régionale de 600M€ (soit 40% du budget de l’institution) ; un tiers du "contrat d’avenir", signé avec le Premier ministre le 5 janvier 2021 pour la période 2021-2027, est consacré à la transition écologique et énergétique, soit 1,6 Milliard d’euros. Un tiers des programmes européens 2021-2027 en région Sud sera consacré au même objectif, soit 330 M€. Une enveloppe de crédits européens dédiée à la décarbonation dans les Bouches-du-Rhône, à travers le fonds juste, est en place pour 2021-2027, d’un montant de 148 M€. »

Effacer et échelonner la dette Covid des entreprises

Au niveau économique, dès le mois d’août, la région lancera les « États Régionaux de la Relance ». « Nous allons effacer et échelonner la dette Covid des entreprises. Nous allons engager 60M€ pour le capital-investissement. Il n’y aura aucune augmentation d’impôt pour les entreprises et les particuliers. Nous allons réussir à nous recoller aux régions Ile-de-France et Auvergne Rhône Alpes et nous imposer dans le top 3 des régions les plus entreprenantes de France ». En matière d’agriculture, il affiche l’ambition de faire de la région la 1ère région souveraine alimentaire d’Europe. il cite, entre autres : « L’irrigation sera le grand enjeu du prochain mandat. Nous sauverons nos cultures face au réchauffement climatique en irrigant 30% de terres en plus ».

« Proposer des transports régionaux neutre en carbone en 2030 »

Renaud Muselier en vient aux transports : « Aujourd’hui, 35% des émissions de gaz à effet de serre sont dues aux transports. Pour autant, encore plus de deux déplacements individuels sur trois se font en voiture. Notre ambition est donc de proposer des transports sûrs, fiables et écologiques à nos 5 millions de personnes d’habitants. Pour se faire, nous nous fixons trois grands objectifs : continuer de placer l’usager au centre de notre politique transport ; devenir la première région de France pour la qualité du service TER / LER ; proposer des transports régionaux neutre en carbone en 2030 ». Et Renaud Muselier de conclure : « La crise a remis en lumière des gens humbles, méritants et patients ! Quand on aime la République, on aime le mérite ! Quand on aime la République, on aime les personnes qui incarnent l’autorité ».
Michel CAIRE

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.