Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Culture > Littérature > Roman - "Kitab" de Bernard Stabile : Épopée qui célèbre la Femme et le (...)

< >

Roman - "Kitab" de Bernard Stabile : Épopée qui célèbre la Femme et le Livre

samedi 29 août 2015

JPEG - 68.8 ko
Pour l’auteur Bernard Stabile "Kitab" : "De quoi retrouver le chemin de la splendeur et de la lumière" (Photo Frank Buschard)

Un roman c’est une aventure improbable, un couple à trois : une écriture, une histoire et des personnages. Les trois sont au rendez-vous de « Kitab » de Bernard Stabile. Le style est rapide, efficace, adapté à l’histoire, aux personnages. L’érudition est d’autant plus prégnante qu’elle sait se faire légère. Et quelle histoire, quels personnages. On voyage dans le temps, tout commence à Chartres, en 2006, avec un certain Walid. Deux pages plus loin, nous sommes transportés au Mont-Carmel, au printemps 1129. Les Templiers en sont à leur prémice, trois d’entre eux, Roland, Archambault, Gondemar, entendent du bruit dans la nuit. Il ne peut, pour eux, s’agir que d’ennemis, de Sarrasins, et donc de les attaquer par surprise, de les tuer. Vient après le temps de vérifier « Dieu reconnaîtra les siens », dira-t-on quelques décennies plus tard. Las, il s’agit de Druzes, avec lesquels le Grand maître de la Milice du Christ invite à entretenir des relations profitables. Tuer au nom de Dieu, le propos est d’une brûlante actualité. Les siècles passent, le nom du Dieu utilisé change, l’intégrisme, la haine de l’Autre et le meurtre demeurent. Mais reprenons le fil de notre propos, les templiers découvrent une survivante, Inanna, forte, belle, courageuse et un livre, le Kitab, à nul autre pareil. C’est, pour Roland, et Inanna le début d’un voyage initiatique, de voyages initiatiques qui les conduiront jusqu’auprès des Druides. Dans cette quête, en maintes occasions, il retrouvera à ses côtés Archambault. Nouveau télescopage avec l’actualité, Inanna se baigne nue, lance aux Templiers : « Mais osez donc ! Regardez en face la Mère Nature, celle de l’amour, celle qui enfante et perpétue le monde. Vous craignez la vierge innocente ? Vous, les démons couverts du sang de vos frères ». Roland va à la rencontre de l’Autre, obtient d’être initié par les Druzes. Rentre en France à la poursuite du Kitab, passe par Marseille « équivoque vieille dame, à la fois hostile et accueillante, dispendieuse et cupide ». Il croise sur son chemin la figure de Bernard de Clairvaux, auquel il se confronte. Pour le moine, entre deux mortifications, l’homme ne doit pas tenter d’élucider les contradictions apparentes du dogme ou de trouver une explication rationnelle aux textes saints. Contrairement à Roland qui s’inscrit dans une recherche qui le rendra proche d’Abélard. Sa quête le conduit vers les Druides pour une nouvelle initiation. Pour, avant cela, apprendre que « les Celtes n’ont jamais sacrifié ni homme, ni femme, ni enfant. C’est un mensonge perpétré par les Romains pour se donner bonne conscience. Leurs arènes étaient couvertes du sang des nôtres et ils osaient dire que c’étaient nous les barbares ». Et de rencontrer de curieuses personnes lacaniennes avant l’heure. Plongée au cœur de la terre, de la minéralité. De ces rencontres, ce savoir, ces sensations naît le temps des cathédrales. Et, avec lui, une nouvelle initiation qui conduira à la Maçonnerie. « Kitab » est un ouvrage dont il est difficile, une fois commencé, de se séparer. Et, pour ne rien gâcher, sa plume est trempée dans l’encre de l’humanisme, ne cessant de rendre hommage à l’ouverture à l’Autre ; de célébrer la femme, sa beauté, son courage, sa liberté, son intelligence.
Michel CAIRE
« Kitab » de Bernard Stabile - Éditions Eanna - 410 pages - 18€.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.