DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Aix Marseille > Politique > Les défis de Frédérique Camilleri nouvelle préfète de police des (...)

< >

Les défis de Frédérique Camilleri nouvelle préfète de police des Bouches-du-Rhône

mercredi 16 décembre 2020

Frédérique Camilleri a été nommée préfète de police des Bouches-du-Rhône en Conseil des Ministres le 25 novembre 2020. Elle a été officiellement installée dans ses fonctions le lundi 14 décembre 2020. A l’issue d’une cérémonie de prise de fonction dans les formes, avec un dépôt de gerbe au monument des policiers morts du département des Bouches-du-Rhône, un passage en revue des troupes, discours... la nouvelle préfète de police des Bouches du Rhône a rencontré la presse.

JPEG - 122.9 ko
Passage en revue des troupes (Photo Mireille Bianciotto)
JPEG - 142.8 ko
Frédérique Camilleri "les défis que nous avons à relever sont immenses, parfois inédits" (Photo Mireille Bianciotto)

Frédérique Camilleri rend hommage « à tous les policiers qui sont morts dans ce département, pour faire respecter la sécurité, protéger les biens et les personnes ». Se dit fière et honorée de « continuer à servir l’État, dans ces fonctions de préfète des Bouches-du-Rhône, fonctions qui me donnent la responsabilité de plus de 2 millions de personnes ». Elle rend aussi hommage aux effectifs sous ses ordres : « Depuis des mois, même des années, vous êtes sur tous les fronts, avec un sens du service, de l’abnégation et un dévouement qui forcent l’admiration ». Puis d’indiquer prendre ses fonctions avec gravité : « Parce que les défis que nous avons à relever sont immenses, parfois inédits ».

Permettre à chacun de s’exprimer librement mais pacifiquement

Elle en évoque trois principaux. Le premier concerne : « La lutte contre le trafic de stupéfiants, un mal qui est à l’origine de beaucoup d’autres difficultés, qui brise des destins, des familles, qui pervertit toutes les références et qui donnent des perspectives à nos jeunes qui, je pense, ne sont pas celles qu’on a envie de leur donner. Nous serons tous mobilisés pour faire face à ce défi-là. Il s’agira de s’attaquer aux grands réseaux internationaux mais aussi à tous les points de deal de quartier, aller, cage d’escalier par cage d’escalier, pied d’immeuble par pied d’immeuble et toujours main dans la mai avec nos partenaires, notamment l’autorité judiciaire » Son deuxième défi est celui de « lutter contre la menace terroriste, contre tous les comportements, les pratiques qui ne sont pas républicaines, avec de nouveaux outils juridiques qui arriveront bientôt, je l’espère pour nous permettre de faire face à cela » Enfin le dernier et troisième défi est celui d’« assurer la sécurité du quotidien, assurer le maintien de l’ordre républicain, permettre à chacun de s’exprimer librement mais pacifiquement aussi, dans le respect des personnes et des biens »

Frédérique Camilleri a accompli sa carrière essentiellement, au ministère de l’Intérieur. Elle explique son choix professionnel :« C’est le corps préfectoral dans lequel vous êtes au plus près du terrain, de nos concitoyens », ajoute que c’est un métier « où lorsque vous agissez, vous pouvez voir les résultats assez vite, sur le terrain, moi j’aime les choses concrètes et pragmatiques, vous apprendrez à me connaître »

Avoir le courage de faire les choses

La préfète de police revient sur la méthode qu’elle entend mettre en œuvre : « C’est, comme tous les préfets, comprendre d’abord le territoire dans lequel on est (..) ses interlocuteurs et, les écouter » avec « humilité ». Elle tient alors à préciser : « On n’a pas la réponse à tout, tout de suite, on ne connaît pas, forcément, le territoire comme ceux qui y habitent depuis longtemps, même si j’ai eu la chance de travailler à Marseille, quelques mois, il y a peu de temps ». Il s’agit également, ajoute-t-elle d’« avoir le courage de faire les choses ». Mais, pas seule, insiste-t-elle : « Je sais pouvoir compter ici, sur des policiers, des gendarmes, des partenaires, qui sont extrêmement motivés, qui ont envie de trouver des solutions et donc, la méthode va être d’avancer, de façon très pragmatique et en se disant les choses ».

Nous continuerons à assumer notre métier, parfois, dans des conditions difficiles

Frédérique Camilleri signifie que « le droit de manifester est garanti, en France », avant de rappeler que « les services de police et de gendarmerie sont là pour que chacun puisse manifester, librement, pacifiquement et j’insiste beaucoup sur ce terme-là parce qu’on a la chance de vivre dans un pays, vers lequel, l’expression est libre, et en toute sécurité. Je condamne donc, très fermement, tous les débordements qu’il y a pu avoir, avec les incidents graves contre les forces de l’ordre qui sont présentes pour sécuriser le cortège, des incidents graves également contre les représentations des services de police, les commissariats, avec des jets de cocktails Molotov... Nous serons donc présents encore une fois pour assurer le maintien de l’ordre républicain et faire en sorte que, cette règle qui nous permet, à chacun, de nous exprimer librement soit appliquée. Que chacun puisse aller dans la manifestation sans craindre d’être pris à partie par les personnes qui viennent dévoyer le sens du message, avec de la casse, des violences et qui s’en prennent invariablement aux forces de l’ordre. Ce qui n’est évidemment pas tolérable et nous continuerons à assumer notre métier, parfois, dans des conditions difficiles. Je serai présente, aux côtés des troupes, à chaque fois qu’elles en auront besoin et nous mettrons les moyens nécessaires pour que ces manifestations se passent pacifiquement ».

« Soirée clandestine regroupant 500 personnes : des enquêtes sont ouvertes... » f

La préfète de police aborde ensuite « le contrôle du respect des mesures barrières, en ces temps de pandémie  ». Elle met notamment en exergue ce qui a été fait, après l’annonce d’une soirée clandestine à Marseille regroupant 500 personnes. « D’abord on y a mis fin avec l’intervention des services de police, sans heurts et en procédant à des verbalisations. Des enquêtes sont ouvertes pour identifier à la fois les organisateurs, le propriétaire de ce local. Pour comprendre dans quelles conditions cette soirée a été organisée. Il faudra, simplement ensuite, c’est notre travail, mettre tous ces éléments à la disposition de la justice afin qu’elle détermine quels sont les actes qu’ils ont commis et la réponse qui va y être apportée ».

Elle rappelle les mesures à respecter, pour le Réveillon du jour de l’an. « La règle a été annoncée, il y aura un couvre-feu et donc, l’impossibilité de circuler, pendant les heures nocturnes, l’impossibilité de se rassembler. Des forces seront mises à ma disposition pour faire respecter ces règles-là. Mais j’attends aussi beaucoup de la responsabilité de chacun parce que tout ne doit pas venir des services de police et de gendarmerie qui sont très mobilisés cette soirée-là, comme toutes les autres mais celle-ci, en particulier, pour faire face à d’autres difficultés ».

Les contrôles vont donc se poursuivre

En ce qui concerne les contrôles, elle note : « Il y a déjà des contrôles, tous les jours, depuis le début de la deuxième période de confinement. Nous en sommes à plus de 120 000 contrôles, dans le département, avec environ 10% de personnes verbalisées. Force est de constater qu’il y a encore un effort à faire pour que chacun, respecte la règle. Les contrôles vont donc se poursuivre sur les créneaux et les lieux les plus sensibles »

Frédérique Camilleri en vient aux dispositifs mis en place dans le cadre des vacances de Noël : « Il y en a plusieurs, assure-t-elle, le premier consiste à sécuriser tous les grands centres commerciaux parce qu’il y a des tentatives de vol à main armée et, c’est une période où il y a énormément de fréquentation, beaucoup d’argent qui circule dans les magasins. Ce sont des dispositifs particuliers contre les vols à main armée et de sécurisation de ces foules. Et puis aussi, un dispositif qui va être tourné vers le contrôle du couvre-feu ».

Propos recueillis par Mireille BIANCIOTTO

Cet article vous a intéressé ?

Aidez-nous à poursuivre la mise à disposition d'articles gratuits en regardant simplement une courte publicité de votre choix :



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.