Recherche

Accueil > Aix Marseille > Société > Vœux. Eric Berton : ’AMU une université socialement (...)

< >

Vœux. Eric Berton : ’AMU une université socialement engagée’

lundi 16 janvier 2023

Eric Berton, le président de l’AMU a, lors de ses vœux, longuement évoqué l’action entreprise depuis deux ans pour être socialement engagé, déclinant les mesures prises en ce sens, comme celles à venir au cours de 2023. Il insiste aussi, dans ce cadre, sur les missions en direction de la jeunesse, au-delà de la formation universitaire « nous formons de futures citoyens ». Il invite enfin l’AMU, plus que jamais, « à explorer pour faire société ».

JPEG - 151.9 ko
Eric Berton ? le président d’AMU vient de présenter les grands objectifs 2023 de l’Université ©AMU

Eric Berton, le président de l’AMU donne très rapidement le ton de son intervention, après avoir salué la présence d’Yvon Berland, le 1er Président de l’université, première université francophone au monde. Il rappelle en effet que grâce aux bases solides laissées par son prédécesseur, il pouvait, voilà deux ans, lors de cette même cérémonie des vœux, afficher sa volonté « d’écrire un nouveau chapitre de l’histoire d’Aix-Marseille Université, en multipliant les mesures pour faire d’AMU une université socialement engagée ». Là sera le fil rouge de son intervention, le rappel et les mesures qui seront prises en ce sens lors de l’année qui s’ouvre. « En deux ans, malgré la succession des crises sanitaires, sociales, financières, climatiques, énergétiques, malgré les urgences multiples, nous avons su, collectivement, tenir ce cap ». Il ne cache pas que « c’est là une grande fierté d’avoir réussi à être dans l’action plutôt que dans la réaction, d’avoir maintenu nos engagements et nos développements sociaux ».

« Lutter contre les discriminations, le harcèlement et les violences sexistes et sexuelles »

Eric Berton appuie son propos en citant quelques exemples, dont, en premier lieu, le Service pour le Respect et l’Égalité. « C’est une première pour une université française. Un service qui s’appuie sur une équipe de professionnels employés à plein temps et formés pour lutter contre les discriminations, le harcèlement et les violences sexistes et sexuelles ». Il précise : « Pour toutes celles et ceux qui ont malheureusement eu à y avoir recours, cela a permis de rompre l’isolement, de refuser l’inacceptable et d’affirmer la volonté ferme de garantir à chacune et chacun la considération qui lui est due quelles que soient ses origines et ses orientations ». Il évoque également le télétravail : « Aujourd’hui c’est plus de 2 000 collègues qui en profitent et nous irons plus loin dans le futur sur l’aménagement du temps de travail ». Sur ce sujet, il assure que des annonces seront faites dans les mois à venir. .

« Fiers de travailler pour AMU »

Rendant hommage aux équipes pour le travail effectué, il considère : « Bien vivre ensemble et nous épanouir dans notre collectif c’est grâce à cela que nous puisons l’énergie qui nous permet de répondre aux défis que nous nous fixons ». Et de s’appuyer sur les résultats de l’enquête du baromètre qualité de vie au travail réalisée par un cabinet indépendant : « Vous avez été 2 800 à répondre, près de 80% d’entre vous avez déclaré être fiers de travailler pour AMU. C’est un résultat exceptionnel qui nous conforte dans l’idée que ce que nous sommes en train de construire a du sens ».

« Sur 2021-2022 53 maîtres de conférences ont bénéficié d’une promotion interne »

Eric Berton annonce d’autre part que la politique de promotion interne va se poursuivre : « Sur 2021 et 2022, il y a eu 53 maîtres de conférences qui ont bénéficié d’une promotion interne au travers de 35 repyramidages et de 18 recrutements en 46.3. Je continuerai cette politique dans les années à venir et en 2023 et 2024, il y aura chaque année 28 possibilités de promotions internes de nos maîtres de conférences vers des postes de professeurs ». De la même manière, poursuit-il : « Nous continuerons à favoriser la promotion interne des professeurs agrégés et professeurs certifiés vers des postes de maîtres de conférences. »

« Un dispositif de primes de fin d’année »

Il en vient au dispositif de primes de fin d’année mis en place en 2022 : « Nous allons faire un bilan complet de ce dispositif de primes pour amplifier les aspects positifs et agir sur les points d’amélioration identifiés. Le dispositif 2022 a constitué une dépense propre de plus de 2 millions d’euros sur le budget de l’établissement ». Il n’oublie pas l’activité physique et sportive : « Nous avons déployé une offre considérable : avec plus de 560 créneaux sportifs et une centaine d’animations par an dans plus de 90 disciplines et une offre sport-santé-bien-être sera bientôt proposée dans le cadre d’un dispositif spécifiquement dédié aux personnels de l’université ». Concernant la culture Eric Berton note : « AMU ce sont des talents artistiques, des initiatives et des partenariats remarquables, nous allons amplifier les dispositifs existants et en imaginer de nouveaux. Nous allons poursuivre notre soutien au théâtre Antoine Vittez, notre théâtre, car c’est un outil formidable, au service de notre communauté ».

Ascenseur social

Le président de l’AMU prolonge son propos : « Nous pouvons aussi être fier du dispositif d’ascenseur social que nous avons mis en place pour favoriser la réussite de nos étudiants issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville de Marseille ». Il a permis, pour chaque étudiant, la mise en place d’aides à hauteur de 180 heures sur l’année. Aides à l’orientation, à l’acquisition d’une meilleure méthodologie, à la construction de projets, au développement de l’esprit critique et de la curiosité, « aides qui se sont toutes articulées autour d’un suivi personnalisé ».

« Une Charte garantissant l’inclusion des personnes LGBTI »

« Que chacun ait sa place, c’est aussi cela qui a été à l’origine de l’adoption
d’une Charte garantissant l’inclusion des personnes LGBTI. Cette charte est
à annexer au Règlement intérieur de l’établissement
 », avance le président d’AMU qui précise : « La question de l’égalité m’est chère et fait écho à cette volonté d’être socialement engagés. Et en matière d’égalité, l’égalité entre les femmes et les hommes ne peut pas se limiter à être un élément de langage ou un étendard : elle
doit être concrète et réelle
 ». Dans ce cadre, « lorsque la question de la proratisation des primes de fin d’année s’est posée pour nos collègues exerçant à temps partiel, le plus souvent des mamans, nous avons fait le choix, pour ces collègues, de maintenir leurs primes à taux plein car nous savons que, la plupart du temps, c’est une nécessité qui leur est imposée ».

« Le sentiment d’être au bord d’un précipice »

Pour Eric Berton, il s’agit maintenant d’aller plus loin pour être encore plus socialement engagé « car nous l’observons tous chaque jour : la planète va mal, l’économie chancelle et les peuples ne vivent plus dans l’harmonie. Nous avons le sentiment d’être au bord d’un précipice ». Face à cela, il considère que : « la solution à cet état mondial passe par l’éducation et par la recherche qui sont sources de progrès humains. Ce n’est pas une réponse à court terme, par essence inefficace, mais un défi immense que nous avons à relever ».

« La fracture entre cette jeunesse qui se retrouve face à un monde qui l’inquiète, poursuit-il, et nos générations qui n’ont pas réussi à infléchir suffisamment le cours des choses est une réalité. Nous nous sommes laissés endormir et le réveil est brutal. Une de nos missions fondamentales est d’accompagner la jeunesse dans sa construction et dans la construction de son avenir. Et il s’agit bien là d’une des plus grandes responsabilités qui soit ».

« Dépositaires de savoirs et d’expertises considérables »

Eric Berton rappelle : « Nous sommes dépositaires de savoirs et d’expertises considérables. La transmission a, de tous temps, été le moteur du progrès de l’humanité et la mission première de nos Universités ». Or, il constate que la situation actuelle interroge : « Avons-nous fait tout ce que nous devions pour transmettre tous ces savoirs, toutes ces expertises et mettre cette jeunesse dans la meilleure position pour se tourner vers son avenir, vers notre avenir commun ? Aurions-nous raté quelque chose ? ». Il décrit le contexte : « L’état du monde préoccupe : son état géopolitique, son état économique, son état climatique. Refuser de le voir et de mesurer à quel point cela est inquiétant c’est être atteint d’une profonde cécité ». Le président d’AMU reconnaît que cette inquiétude se manifeste parfois chez cette jeunesse « par une forme d’hostilité envers leurs aînés et le monde d’avant qu’ils représentent à leurs yeux. Rejeter cela, ne pas être capable de le comprendre et de l’accueillir, c’est se couper de cette jeunesse et de l’avenir dont elle est porteuse ».

« Impulser la dynamique qui nous positionnera du bon côté de l’histoire »

Pour Eric Berton : « En tant qu’Université nous avons la capacité de résorber une partie de cette fracture. En tant que Président de notre Université il est de ma responsabilité d’impulser la dynamique qui nous positionnera du bon côté de l’histoire. Du côté de celles et ceux qui agissent collectivement et qui ne renoncent pas ». Puis d’insister sur « l’importance de maintenir une ambition scientifique à même de produire, ici, à AMU, le savoir qui leur en donnera les moyens ». Et face aux défis immenses qu’il vient d’énoncer, il avance : « Le rôle de la science, des chercheurs et de la rationalité sera crucial. Climat, Santé, Inégalités, Modes de vie, démocratie et contrat social…les grandes questions des décennies à venir auront besoin d’être éclairées et nourries par la recherche ».

« Nous formons de futurs citoyens »

Le président d’AMU d’insister : « Nous formons de futurs professionnels mais nous formons surtout de futurs citoyens et c’est là qu’Aix-Marseille Université, socialement engagée, peut donner tous son sens à son ambition. Nous avons cette capacité à former non seulement de brillants scientifiques mais aussi des scientifiques conscients, conscients des enjeux de leur temps et tournés vers l’intérêt commun ».
Il conclut son intervention : « Après avoir initié le projet d’être socialement engagés, je souhaite aujourd’hui que nous allions plus loin en nous fixant pour mission d’explorer pour faire société. Explorer nos savoirs pour imaginer des solutions nouvelles, explorer nos différences pour en faire une richesse, explorer l’avenir pour le rendre meilleur... ».
Michel CAIRE

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.