Retrouvez-nous sur :  
Suivre la vie du site
DestiMed
L’info des deux rives

Accueil > Ailleurs > Société > Vous avez dit confinés ? Rencontre avec Loïc Ballet, un journaliste (...)

< >

Vous avez dit confinés ? Rencontre avec Loïc Ballet, un journaliste passionné, gourmand et militant

lundi 27 avril 2020

Mireille Sanchez [1] -qui nous délecte de ses recettes via sa chronique "La Cuisine de Mireille" ou encore nous incite à dévorer nombre d’ouvrages qu’elle met en lumière dans "La Bibliothèque de Mireille"- se lance dans une nouvelle aventure en allant à la rencontre (devant l’écran) de personnalités qui sont confinées avec "Vous avez dit confinés ?". Aujourd’hui c’est le journaliste Loïc Ballet qui répond à ses questions....

JPEG - 162.4 ko
Loïc Ballet sur son triporteur… (Photo D.R.)

Vous connaissez tous Loïc Ballet aux commandes de son Triporteur dans l’émission Télématin aux côtés de Laurent Bignolas sur France 2. Voilà plus de six ans que Loïc Ballet a récupéré ce drôle d’objet à la demande de William Leymergie, présentateur alors de l’émission. Avec plus de 350 épisodes du « Triporteur » à son actif, Loïc Ballet s’attache à mettre en avant les produits de nos terroirs. Son credo ? « Il faut défendre les producteurs ! », un précepte qu’il tient de son mentor, Jean-Pierre Coffe… Il est certain que ses chroniques culinaires hebdomadaires invitent au voyage et à la découverte. Parce qu’il n’y a de bons produits que de saisons, parce qu’un terroir ça se découvre, se respire, se renifle, le triporteur n’a pas fini de sillonner les routes de France pour le plus grand plaisir de ses téléspectateurs. Et sûr que Loïc, ce journaliste passionné, gourmand et militant, n’a pas fini de nous surprendre, de nous faire rêver et aimer… !

Loïc Ballet sur son triporteur…

Destimed : Loïc Ballet, comment vous présentez-vous ?
Loïc Ballet : Je suis chroniqueur gastronomique à Télématin sur France 2. D’une façon plus ludique, je suis le pilote du Triporteur de Télématin toujours avide de découvertes culinaires partout en France. Pour mes chroniques hebdomadaires, je parcours la France à la recherche des meilleurs chefs, - qu’ils fassent une cuisine gastronomique ou de bistrot -, des producteurs locaux et de tous ceux qui font de leur métier de bouche, une passion.

Parlez-nous du Triporteur…
C’est d’abord un formidable outil pour découvrir des territoires, un moyen de faire de belles images, support de défense de la beauté et de la fragilité d’un terroir ou d’un produit. Il est aussi propice à une cuisine éphémère et improvisée qui amène les chefs invités à être dans le spontané, à imaginer des modes de préparations plus allégés, à aller à l’essentiel. Le Triporteur, c’est une façon ludique, décalée et amusante d’aborder des choses sérieuses. Par ailleurs, l’importance d’une émission comme Télématin, 1ère matinale de France, installée depuis plus de trente ans, apporte en fait beaucoup de sérénité dans le travail et j’ai la chance de pouvoir préparer mes chroniques quand c’est la bonne saison, la bonne séquence, le bon moment aussi pour mes invités.

Quel impact a eu le confinement sur votre principale activité ?
Cela m’a contraint de faire un arrêt net dans une vie un peu chargée entre routes, hôtels et aussi interviews, tournages, montages, postproductions, etc. L’arrêt a été brutal au début. J’ai redécouvert mon chez moi où je ne suis guère présent en temps « normal » et j’organise quand même le montage à distance de sujets hebdomadaires par Skype ou téléphone. Des sujets encore un peu plus militants d’ailleurs… Mais au bout de deux semaines de confinement, je me suis aperçu que je n’avais pas ouvert mon agenda que je consulte habituellement toutes les trois secondes ! C’est une sensation très étrange, une autre temporalité extrêmement intéressante où l’on reprend du temps au temps… J’adore en fait !

Comment vous occupez-vous ?
J’ai la chance d’être en Auvergne, dans un hameau. J’ai pris le goût « à prendre le temps », ce n’est pas ne rien faire mais ça lui ressemble… Cela commence par un vrai petit déjeuner. Et puis j’ai lancé « l’apéro des bonnes idées » en live sur Instagram tous les jours à 19 heures ! J’invite un chef à me rejoindre (par téléphone), à charge pour lui de proposer une recette de cuisine à partir des provisions présentes dans mes placards, mon réfrigérateur… C’est l’antithèse de la recette où il manque toujours quelque chose.

Comment envisagez-vous votre « reprise » ?
D’une façon générale, et parce que je suis un irréductible optimiste, j’espère qu’il restera une part importante de ces réflexes qui ont conduit des gens à retrouver les circuits courts, des producteurs locaux. Des liens ont été rétablis, c’est peut-être une « mode » mais après tout, il y a des modes vertueuses… Personnellement, je vais reprendre bien sûr la route avec le Triporteur, je cogite sur de nouveaux sujets. Je garderai sûrement les instants live hyper spontanés avec un copain chef, un producteur, sans filtre, sans montage en liens directs avec les gens…

Un rendez-vous avec les lecteurs de Destimed ?
Je vous invite tous à mes « apéro des bonnes idées » bien sûr ! En live sur Instagram #aperodesbonnesidees. Au menu, nos meilleures idées pour un apéro confiné aux petits oignons !
Propos recueillis par Mireille SANCHEZ

@LoicBallet
loicballet.com
#aperodesbonnesidees

A lire aussi
- Rencontre avec Cyril Rouquet-Prévost, le chef qu’il vous faut !

[1 Mireille Sanchez est aussi l’auteure de l’ouvrage "Le Poulet Voyageur" - 1000 recettes et autres petites histoires- paru aux Éditions BPI - 890 pages -35 € prix du "Meilleur livre de cuisine du monde 2019" (Best in the world Gourmand International Award 2019).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.