Recherche

Accueil > Aix Marseille > Politique > Jean-Claude Gaudin présente les binômes qui conduiront les listes (...)

< >

Jean-Claude Gaudin présente les binômes qui conduiront les listes « Marseille en avant » dans les 8 secteurs de la Ville

jeudi 6 février 2014

JPEG - 760 ko
Les 8 binômes qui conduiront les listes "Marseille en avant" dans les 8 secteurs de la Ville (Photo Philippe Maillé)

On prend les mêmes et l’on recommence ? On pourrait le penser mais, ces mêmes, sera-t-il précisé, sont, pour la plupart, déplacés. Seuls trois d’entre-eux, sur les 16 candidats présentés, joueront à domicile. Est-ce à dire, en place depuis les élections de 2008. Trois, encore, peut-on voir là quelque symbole…, créaient la nouveauté, 2 personnes de la société civile, l’incontournable ex présidente de la Confédération des CIQ, Monique cordier en couple avec Richard Miron dans les 13/14 ; Jean-Marc Corteggiani, chef d’entreprise dans le 15e qui se présente… dans les 15/16 aux côtés d’Arlette Fructus. Et la 3e, Marine Pustorino est une jeune conseillère municipale, sûrement une « Geek » puisqu’elle est déléguée au site internet de la ville Marseille. Pourtant, assurera, Jean-Claude Gaudin : «  Il y a un fort renouvellement des listes. Il y a ceux qui se retirent d’eux-mêmes et d’autres à qui j’ai indiqué qu’ils devaient céder les places  ». Un exercice qu’il ne semble pas apprécier : « Jadis je le faisais avec Renaud Muselier, là je l’ai fait tout seul  ». In fine annoncera-t-il : « un tiers du conseil municipal est renouvelé ».
Concernant les binômes qui conduiront les listes « Marseille en avant » dans les 8 secteurs de la Ville :
- Pour le 1er secteur (1/7) : Dominique Tian - qui a quitté les 6/8 pour affronter le candidat socialiste Patrick Mennucci- et Sabine Bernasconi ;
- Le 2e secteur (2 /3) : Solange Biaggi et Gérard Chenoz ;
- Le 3e secteur (4/5) : Bruno Gilles, maire sortant, et Marine Pustorino. « Avec Muselier nous avons résisté à la toute puissante ministre fantôme. Les sondages nous mettent en forte progression dans ce secteur, il y a un mois et demi, ils nous créditaient de 11 points de retard, aujourd’hui, nous n’avons plus qu’un point de retard » ;
- Le 4e secteur (6/8) : Jean-Claude Gaudin et Martine Vassal. « Un secteur que l’on gagne au premier tour  », se félicite Jean-Claude Gaudin. Après avoir mis en exergue le travail d’Yves Moraine, l’actuel maire du secteur et celui de Dominique Tian.
- Le 5e secteur (9/10) : Guy Tessier, maire sortant et Anne-Marie d’Estienne d’Orves. « Notre 2e bastion. Le secteur du parc des Parc des calanques, poumon économique grâce au tourisme, qui a été porté par Guy Tessier, président d’Euromed, le vrai élu … »
- Le 6e secteur (11 /12) : Roland Blum, 1er adjoint au maire de Marseille, et Valérie Boyer « le cauchemar de Christophe Masse  », est-il lancé ;
- Le 7e secteur (13 /14) : Richard Miron, qui a également quitté les 6/8, et Monique Cordier ;
- Le 8e secteur (15/16) : Arlette Fructus, présidente départementale de l’UDI et Jean-Marc Corteggianni. Sur ce secteur l’évolution des scores est rappelée : 18% en 95, 21% en 2001, 25% 2008.

Une fois les noms dévoilés, Jean-Claude Gaudin d’indiquer : « Nous sommes une équipe, même avec des partis différents, nous partageons les mêmes valeurs  ». Et du côté de son adversaire qu’il aime à nommer « le candidat du gouvernement  », c’est plus « un casting qu’une équipe », se demandant si, à l’issue, « il restera des socialistes sur ses listes  ». Et, poursuit-il : « Nous voulons rassembler les Marseillais, pas opposer le Nord et le Sud, pas opposer ceux qui votent à droite et à gauche  ». Face aux critiques du camp opposé, Il considère : « Nous avons tout transformé dans cette ville. Et, nous avons réalisé plus encore pour le Nord, 13 chantiers Anru, 12 dans le Nord, 2 Zones franches  ». Il évoque Euromed : «  C’est Guy tessier et Renaud Muselier qui ont transformé ces quartiers ». Le transport n’est pas épargné : « Les socialistes n’ont pas été capables d’entamer 1 kilomètre de tramway. Nous, nous en avons fait 12,5 km et 3 kilomètres de métro ». Un tacle sur une gouvernance pourtant partagée à la Communauté urbaine. S’en prend aux propositions de Patrick Mennucci « qui ne sont pas chiffrées ». Et conclut son propos en prévenant : « Ceux qui votent pour le FN vont faciliter l’élection de Mennucci. De notre côté le FN ce sera sans nous  »
Patricia MAILLE-CAIRE

Cet article vous a intéressé ?

Grâce à vous nous pouvons continuer à proposer du contenu gratuitement.

Aidez-nous en visionnant une publicité.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Signaler un contenu ou un message illicite sur le site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.